Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 09:15
Déchirés - Peter Stenson - Démosthène

Accro à la meth, Chase Daniels est un junkie sans cesse en quête d'une nouvelle dose. Quand il se réveille un matin pour voir une fillette déchiqueter un rottweiler à mains nues, c'est donc en toute logique qu'il pense à une hallucination. Il ne s'inquiète pas plus que ça. Peut-être qu'il devrait. Car le monde a changé - en une nuit. Désormais, les rues grouillent de zombies avides de char humaine, et survivre est devenu un objectif à très court terme.
Cette malédiction en forme de virus qui semble toucher tout le monde sauf lui et son ami Sténo-John n'est-elle pas l'occasion rêvée de prendre un nouveau départ et d'accomplir enfin quelque chose de grand?
Dans un monde livré au chaos et aux flamme, le "nouveau" Chase Daniels, perdu dans ses rêves de rédemption et d'amour fou, se met en tête de retrouver son ex-petite amie et de la sauver. Mais, hanté par les fantômes du passé, dévoré par le manque, Chase ne court-il pas au devant de sa dernière désillusion?




En quatrième de couverture, dans les arguments, on nous parle de la série TV Walking Dead et aussi de Breaking Bad. Walking Dead... j'ai abandonné. Vite, très vite. Me suis fais chier. Breaking Bad? Je n'en suis qu'à la saison 3.
On nous parle aussi d'Hubert Selby Jr et de Hunter S. Thompson. De Selby, j'ai "Le démon" chez moi depuis 3 ans, mais je ne l'ai pas encore lu. Et de Thompson....rien du tout. J'ai juste vu le début de l'adaptation de son livre "Las Vegas Parano" et là encore je ne suis pas allé au bout.
Alors oui, ça part plutôt mal, non?
Mais je m'en fous, je suis un rebelle!! Alors je me suis balancé dans mon canapé, j'ai fais péter la disco (quasi) complète de White Zombie / Rob Zombie et j'ai pris ma tasse de thé façon muffin aux myrtilles (OUI, BON !) et c'est parti.
J'ai ouvert le bouquin, lu la première page. J'ai refermé le livre... à la dernière!
Oui, vous avez compris (ou pas), je l'ai lu d'une traite... Putain ce que j'ai aimé!!

Dès la première page je suis sous le charme et l'humour fait mouche à chaque fois!
Un humour con-con très porté sur le cul et le pipi-caca, mais j'aime ça (en même temps je m’affuble d'un t-shirt où il est écrit "Time for cake and sodomy", alors bon.... :D )
L'humour est certes très présent, mais l'auteur ne fait pas la connerie de tomber dans le too-much et la surenchère. Non, il le disperse par ci par là sans jamais en faire trop.
Si on se mare beaucoup, le trash n'est jamais bien loin non plus. On est assez vite arrosé par des litres de sang et envahis par des centaines de zombies qui.... oui, oui qui se marrent au lieu de geindre comme des veaux ! Je trouve que ça rend la situation peut-être encore pire. Imaginez être 4 survivants entourés de centaines de morts-vivants qui se marrent tout en vous regardant et n'attendent que de vous bouffer. C'est stressant, non ?
On rigole, certes, mais on n'oublie pas pour autant qu'il faut vivre, et surtout, survivre!!

«Ma salive est plus épaisse que du foutre.»

L'univers de la drogue est très présent dans le livre (en même temps on peut difficilement passer à côté), et moi qui ne suis pas fan de ce qui tourne autour de ce milieu, je me suis laisser prendre par la lecture et l'univers singulier. Me suis laisser prendre la main par Chase, Sténo et leur bande d'éclopés.


La deuxième moitié du livre se fait un chouilla moins drôle que la première, mais pas moins bonne pour autant, non. Un événement va faire que...
Le livre se fait plus sombre, plus oppressant, plus grave. On se prend au jeu et on espère une fin heureuses pour les personnages. J'ai stressé sur les 30 dernières pages. Je l'avoue, oui! Ce déferlement de zombies et cette issue espérée.

«Ça sent comme un cunni pendant les règles.»

J'ai toujours peur avec ce genre de livre que la fin soit totalement pourrie ou bâclée.
Et là, j'avoue que plus j'avançais dans l'histoire et plus je craignais un final merdique.
Je voyais le nombre de pages restantes diminuer et pas l'ombre d'une conclusion. Mais la fin arrive... comme une claque dans la gueule et j'aime mieux vous dire que là, on ne rigole plus! Elle me laisse sur le cul parce que je m'étais attendu à tout, sauf à ça (je vous rassure on ne nous sert pas la fin genre, "en fait, c'est pas vrai, ils font juste un bad trip", non, non c'est.... bien, bien mieux que ça!)


Mais s'il ya bien un truc qu'il ne faut pas oublier, c'est qu'on ne peut jamais faire confiance à un drogué, et que quand la mort et la drogue rodent, la folie n'est jamais bien loin.


Alors, certes, "Déchirés" est un livre de Zombies trash, drôle, noir, totalement politiquement incorrect, mais c'est aussi une belle quête vers une possible rédemption et malgré tout, une histoire d'amour! Un livre mutant d'une redoutable efficacité.

"Déchirés" est un livre qui.... déchire sa mère (vous n'êtes d'ailleurs pas à l'abri d'une fissure anale)
Voir même, ce livre est... contagieux (oui bon, je sais, mes jeux de mots sont tout pourris alors je m'arrête là!!)

Bref, foncez, ça vaut vraiment le détour! En librairie le 28 Août!

(Et si vous voulez vous marrez avec un autre livre de Zombies, prenez "comme j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour" de S.G. Browne chez la trèèès bonne maison d'édition Mirobole!
_______________________________________________________________________________
Déchirés - Peter Stenson - Super 8 Éditions - 315 pages

Partager cet article

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article

commentaires

Cajou 14/09/2014 17:28

Je viens de le lire et d'écrire mon billet et comme toi, j'ai ADORé !! Un roman que je ne me lasserai pas de recommander !
Au plaisir de te lire,
Cajou

Léa Touch Book 01/08/2014 11:58

Je viens de le recevoir j'ai hâte de le commencer aussi : vive les zombies ! :D