Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 14:42

4ème de couv :  :

Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l'entraîner dans ses ténèbres.
Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant.
Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions.

 

Ressenti :

Victor avait 17 ans, on l’a assassiné, il avait devant lui un avenir prometteur ayant intégré une grande école où l’on forme de futures personnalités influentes. Mais Victor se réservait un tout autre dessein et refusait de vivre dans les traces de son père.

Victor avait aussi un secret qui l’étouffait, est ce pour cela qu’il est mort ? Ou pour une cause qu’il voulait défendre ?

Gabriel est aveugle, pas de naissance, il est atteint de cécité de conversion, une terrible pathologie, contractée à la suite d’un choc psychologique  si effroyable que son esprit a cessé de vouloir « voir »  alors que son cœur réclame vengeance.  Il veut confondre l’assassin de son fils et n’a qu’une obsession,  faire éclater la  vérité qui redonnera peut être un sens à sa vie et lèvera le voile sur ses yeux éteints.

Maya est une jeune femme qui vit exilée en Irlande depuis quelques années, elle  vivote de petits jobs sans plus croire aux lendemains, boit un peu  trop pour oublier  les réminiscences du passé  qui hantent ses nuits depuis trop longtemps.  Elle tente en vain de composer avec une image d’elle-même qui l’insupporte. Maya ne croit plus en elle, et ne s’aime plus.

Et puis un jour Gabriel  rencontre Maya et lui propose d’être son guide dans un périple qui le mènera au gré de ses envies, Maya accepte avec beaucoup de réticences, car il lui faudra retourner en France, pays qu’elle a fui  et synonyme  de tous ces cauchemars….

Ainsi commence l’histoire….

 

Ça y est c’est fini,  j’ai refermé la dernière page avec  regret mais toutes les bonnes choses ont une fin, non ?

Le truc avec Ingrid Desjours c’est que  chaque nouveau livre est un peu une pochette surprise, on ne sait jamais à quoi s’attendre, mais on a la certitude que la dame va nous surprendre et nous embarquer là où on ne l’attend jamais !

 

Et  ce fut encore  le cas, j’ai ressenti cette lecture différemment  de ce qu’elle nous offre d’habitude, bien sûr l’effeuillage psychologique des personnages est toujours d’actualité, il y a toujours cette ambivalence  dans les propos, de la manipulation, de la duplicité dans chaque personnage, mais !  Dans ce livre il est aussi question d’amour ! Oui je vous vois déjà vous sauver en courant !

Mais merde c’est bien l’amour ! C’est le moteur de toute action, c’est que qui nous rend plus fort ou meilleur, c’est qui motive nos désirs et nos choix !  Et ses personnages n’en manquent pas bien au contraire, et c’est ce qui donne une aura encore plus lumineuse à cette histoire, ce qui la rend solaire et nous éloigne  peut être ( mais pour notre grand bonheur ) un peu de l’obscurité à laquelle elle nous avait habitué , pour nous livrer   une lecture encore plus  dense en émotions , en  profondeur,  des  « acteurs » terriblement touchants et sincères, sans pour autant bouder ce qui fait sa « patoune »  d’auteure depuis quelques années , soit un suspens  à se tirer les cheveux  et arriver claqué au boulot le lendemain  pour cause de lecture impossible à arrêter !   Parce que encore une fois, on est jamais au bout de ses surprises, des revirements imprévus et éprouvants je dois dire, mais bon quand on aime hein !!!

Et toujours, ne l’oublions pas,  ses petits doigts qui se mettent partout là où ça fait mal, pour dénoncer, critiquer les dérives de notre société.  Un coup de boule dans les stéréotypes d’une vision bien archaïque de la femme  et qui malheureusement est toujours d’actualité …

En bref,  encore une vraie perle que ce livre, une écriture qui me semble (et ça n’engage que moi) plus apaisée pour cet opus,  un chant d’amour qui résonne dans le noir, et la conclusion que de  nos malheurs nous pouvons sortir vainqueurs et humains.

 

PS : Poutoux  à Shakira ;-)

Bonne lecture

Sandrine

La Prunelle de ses Yeux – Ingrid DESJOURS – Editions Robert Laffont -  Collection « La Bête Noire »

En vente dans toutes les bonnes libraires

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article

commentaires