Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 16:25

DETROIT

1998 : Des corps d’enfants sont retrouvés étranglés, l’enquête est confiée à Stan Michell surnommé « Le Molosse », mais à court d’indices et de pistes celle-ci tourne en rond, seul un témoignage anonyme  et les empreintes de pas gigantesques autours des cadavres donneront son nom à l’infâme tueur, le  « Géant de brume » directement inspiré d’un conte terrifique raconté aux enfants le soir  pour qu’ils soient sages…

2013 : Les disparitions recommencent, mais aucun corps pour étayer la thèse du meurtre.

Il y a alors l’espoir infime de retrouver les enfants vivants, il n’en faut pas moins pour faire de nouveau appel au Molosse, mais cette fois ci Sarah une nouvelle recrue est désignée pour être sa coéquipière.

2013 le 17 mars : Le Géant est arrêté, mais les enfants restent introuvables, pourquoi ne veut-il parler qu’à Sarah ? Pourquoi celle –ci est-elle terrifiée à l’idée de cet interrogatoire ? Qui est ce Géant à la voix douce et qui parait presque inoffensif ?

Avec ces deux enquêteurs écorchés, entre un Stan, flic borderline, alcoolique, violent et obsessionnel et une Sarah timorée et limite schizophrène, tout se joue sur le fil du rasoir, et petit à petit l’atmosphère devient tendue et écrasante sous le poids des secrets qui se profilent, même les flics ont des choses à cacher…

Au cœur de Détroit ville en déclin, autrefois le fleuron de l’industrie automobile, et laissée à l’abandon par des milliers d’habitants suite à sa faillite, on évolue dans une ville fantomatique et menaçante, elle dévoile une aura sombre et envoûtante qui donne toute son l’ampleur à ce roman et à ses personnages. L’auteur insuffle même une part de beauté fascinante à son Géant de brume qu’il finit par nous faire douter de nos propres sentiments et reconsidérer nos règles de bienséance.

L’ambiance est un des atouts majeurs de ce livre, ainsi que la densité de ses personnages, tout est là pour immersion totale et dérangeante, à chaque page tournée on plonge un peu plus profondément au cœur de ces rues grises en espérant découvrir ce qu’il se cache derrière ses maisons abandonnées, un monstre ou un enfant…

 Si l’histoire commence par une arrestation, on est bien loin d’en imaginer l’issue car  l’intrigue commence à se tisser, à s’enchevêtrer et à embarquer son lecteur dans sa toile et le pousser  vers un final poignant et inattendu ! De ces fins qu’on a du mal à oublier tant elles vous imprègnent par leur puissance.

C’est le premier roman de Jérôme LOUBRY,  pour ma part c’est une grande réussite et un auteur à suivre de très près. J’ai eu un énorme coup de cœur pour ce livre et j’espère qu’il ira aussi loin qu’il le mérite, il ne tient qu’à vous !

Bonne lecture

Sandrine

Notez bien : Editeur CALMAN-LEVY Collection Calmann Noir – Disponible en librairie le 11/10/2017

http://calmann-levy.fr/livre/les-chiens-de-detroit-9782702161708

Pour la petite anecdote, pourquoi Les chiens de Détroit ? En fait, suite à la désertion de ses habitants qui faute d'argent ne pouvaient plus nourrir leurs animaux, on a dénombré plus de 50 000 chiens abandonnés et errants dans la ville fantôme ....

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article

commentaires