Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 06:46

Je ne vais pas m'étaler sur la vie et la bibliographie de Jean-Christophe Grangé, je pense que c'est un auteur que l'on ne présente plus...

Entre lui et moi, pas de grands amours. Jusqu'à l'année dernière je n'avais rien lu de lui. Pas vraiment envie. Trop de "haaan  faut que tu lises Grangé tu va A-DO-RER!" Résultat c'est l'effet inverse qui s'est produit. Je l'ai plus ou moins boycoté. Puis l'année dernière il a sorti son "passager", et j'ai décidé d'enfin me lancer. Première fois avec un arrière gout de "je-ne-veux-plus-y-retourner". Un livre fade, grand guignol et pathétique. Je m'étais juré de plus jamais en lire, mais comme je suis faible, cette année j'ai craqué encore une fois. Faut dire que la couverture est attrayante et le résumé me bottait bien (plus que l'année dernière déjà!)

 

kaiken.JPG« Il ferma les yeux.
Il était la Loi.
Il était la Justice.
Il était le Glaive et la Sentence… »
Le dernier samouraï est un flic français, Olivier Passan.
Il a deux obsessions : la traque de « l’Accoucheur », un monstre insaisissable ;
Et le Japon, ses rites, ses codes, sa culture.
Il croyait tout savoir de l’âme nippone.
Erreur.

 

Avec ce supeeeeerbe résumé on est content déjà: on ne sait absolument pas de quoi parle le livre! Alors je vous le dit en deux trois mots. Olivier Passan, flic Français fasciné par la Japon et sa culture est marié avec Naoko depuis une dizaine d'années. Ils ont deux enfants ensemble. Le mariage bat de l'aile et plus rien ne vas dans le couple. Un tueur de femmes enceintes sévi dans le 93 depuis quelques mois et Passan n'a plus qu'une obssession: trouver qui fait le coup... quitte à contourner la loi (bah oui sinon c'est pas drôle!)

 

 

L'histoire se passe alors que 3 meutres de femmes enceintes ont déjà eu lieu. Passan est obstiné, et s'entête à trouver de quoi accuser celui qu'il croit être "l'accoucheur". Et cette histoire d'accoucheur n'est qu'un pretexte pour une enquête bien plus personnelle. Passan enchaine conneries sur conneries, bavure sur bavure. Sa femme est chiante au possible. Il va s'embourber dans ses idéaux et fermer les yeux sur tout le reste, plus rien ne compte que cette enquête. Il fait équipe avec un "punk" (j'ai rarement vu des flics tatoués et piercés, portant des t-shirt de groupe de rock et des jeans troués...), Punk plutot sympa qui va le sortir de la merde à plusieurs reprises et qui va lui filler de gros coups de main (pour ne pas dire faire le gros du boulot). Je vois clairement tout un tas de choses venir et ne suis "surpris" que rarement. C'est téléphoné et déjà vu...

On a le droit à tout un tas d'anectodes sur le Japon tout le long du livre. L'esprit des samourai, les codes d'honneur, comment positionner un lit, ou un cerisier, comment faire un jardin.... C'est bien gentil de mettre de la documentation, mais c'est pas ça qui fait tenir une intrigue debout!!

Le livre nous sert bien sûr son lot de scènes "incroyables", mais pas crédibles une seconde!!!

Son personnage principal, Olivier Passan est tellement fort qu'il peut courir plus vite que le métro, il hurle en pleine rue, visage levé vers le ciel parce qu'il est pas content... Mais au final il est un peu con et ne vois même pas les grosses ficelles que lui balance son auteur... Il parle Franglish de temps et temps et fait même référence à Di Caprio. Il peut faire toutes les conneries possible, enfreindre toutes les lois, personne ne lui dit rien ou presque, on va juste lui confisquer son flingue au cas ou...

Pour ce qui est de la fin du livre et bien c'est du même niveau que le reste. Elle arrive d'un coup, balancée, vite expédiée. Pas le temps de la voir passer. Comme si Grangé en avait marre de bosser sur ce livre ou pas le temps de continuer parce qu'il devait rendre les épreuves à l'éditeur. C'est sur qu'en sortant un bouquin par an, le travail ne peut pas être parfait...

Grangé nous sort un livre froid et mécanique, dépourvue d'âme. Il est presque bien ficelé, et presque divertissant, ça ce lit tout seul, (chapitre courts et gros caractères!) mais je reste de marbre devant tout ça. Il me fait penser à un homme qui bosserait à l'usine, qui va au boulot tous les matins juste parce que c'est son boulot et qu'il ne sait faire que ça. Un livre écrit sans aucun plaisir (autre que remplir le contrat imposé par Albin Michel) ça se ressent tout au long de la lecture. Bref, Grangé, pour moi, c'est terminé! Je sais que ma chronique va en ennerver plus d'un, mais c'est pas bien grave. Grangé n'a pas besoin de moi pour vendre, je n'aime pas ses livres et ils me le rendent bien!

Le polar me fatigue ces derniers temps. Cette coursse au trash pour le trash devient ridicule. Il serait temps que les auteurs prennent conscience que simplement mettre des litres de sang dans un bouquin n'en fait pas forcément un chef d'oeuvre. Un livre a besoin de fondations, de poutres. C'est bien gentil de travailler la forme, mais travailler le fond, c'est mieux. Un polar soft mais intelligent sera toujours plus interessant qu'un thriller débile mais sanglant!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article

commentaires

how to contact microsoft 05/12/2013 12:27

Thanks a lot for the wonderful review about the Kaïken! I too was an admirer of Jean-Christophe Grange, but his books has lost clutch since some time. I am looking forward to the time when a good book will be released by him!

jean-jacques Porco 02/01/2013 17:09

je suis en train de lire Kaiken et suis tombé par hasard sur votre chronique pour une fois je suis content de trouver une critique un peu plus libre que d'habitude je suis entiérement d'accord avec
votre vision plus généralement les éditeurs tuent la litterature à cause de leur manque de gout le pognon toujours le pognon je suis un libraire à l'ancienne et ancien libraire et finalement devenu
receptionniste de nuit je lit beaucoup plus qu'avant mais là avec kaiken que l'on m'a offert je râle j'ai l'impression de m'être fait baiser je vais vous garder en favoris pour suivre vos articles
merci

Eric 23/09/2012 10:05

Entierement d'accord...j'ai essayé aussi pour comprendre pourquoi (Misérere) il n'était pas aimé des autres écrivains (les vrais,soi-disant)...mais c'est vrai on se fait chier a le lire. Pourtant
il a raison d'écrire ainsi, si, d'autres lecteurs,nombreux, aiment... c'est que ce style plait et donc respect malgré tout...interdit de juger...

Cajou 15/09/2012 12:16

Bon et bien, ça y est je l'ai terminé et chroniqué. Même si je ne suis aps aussi catégorique que toi, je dois reconnaitre que tu as raison dans ton billet. Beaucoup trop de facilités dans ce roman,
un manque de bases solides et un tout qui se liquéfie à cause du trop de "un peu de ci", "un peu de ça" ou encore "un peu de ceci cela"
Dommage...
Comme toi, pas sûre que je retente un Grangé car mes 2 expériences sont mitigées.
Au plaisir de te lire,
Cajou

Cajou 02/09/2012 13:14

Ouille. Je le commence aujourd'hui.
A reculons après ce billet...
J'ai lu "Le serment des Limbes" et si je l'avais quand même apprécié, je lui avais trouvé quelques incohérences pas très agréables à la lecture et surtout, trop de "justement tout à coup, l'élément
A et B se produisent juste quand il faut pour que le héros s'en sorte" et ça, c'était horripilant...
Je reviendrai faire une seconde lecture de ce billet une fois le livre lu et mon billet écrit pour comparer ^^
Au plaisir de te lire,
Cajou