Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 16:19

le-doux-venin-des-abeilles.jpgPrésentation de l'éditeur : "Aujourd’hui, c’est la veille de Noël. Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. Aujourd’hui, j’ai quinze ans. Aujourd’hui, j’ai enterré mes parents dans le jardin. Personne ne les regrettera". Après la mort brutale de leurs parents, Marnie, quinze ans, et sa petite soeur Nelly décident de poursuivre leur vie comme si de rien n’était, bien que chacune d’elle soupçonne l’autre de les avoir assassinés. Personne ne semble se douter de leur sort.
Excepté Lennie, l’homme qui vit dans la maison voisine. A force d’observer leurs faits et gestes, il finit par remarquer que les deux jeunes filles sont livrées à elles-mêmes, et les prend sous son aile. Au fil des mois, amis, voisins et autorités, sans compter le dealer du coin qui en a toujours après leur père, commencent à poser des questions. Et un mensonge en entraînant un autre, Marnie et Nelly s’embourbent dans une aventure qui pourrait leur coûter bien plus qu’elles ne peuvent payer.

Mon avis:  "Le doux venin des abeilles" n'est pas du tout, du tout un thriller ou un polar. A la limite, un roman noir... et encore. Pour moi c'est plus un roman. Tout simplement! Mais un bon roman!
Vous avez vu comme je suis de bonne humeur et que j'aime tout ou presque en ce moment?? C'est dingue ça! (Bon cela dit, j'attaque un sonatine, alors ça va sûrement changer...)

Le roman se lit vite, très vite bien qu'il fasse toute de même 360 pages. Mais c'est grâce aux chapitres courts, voir extra court. Ils vont d'une demie page à (grand max) 10 pages. Mais on est plus entre 3 et 4 pages par chapitres.
C'est un roman à trois voix. C'est Marnie, Nelly et Lennie qui nous racontent l'histoire.
Marnie a les chapitres les plus longs, c'est elle la plus bavarde, et indéniablement elle aussi la "chef". Nelly, elle, se contente de chapitre toujours très courts, une page voir, deux, mais rarement plus.
On suit le trio sur presque une année. Neuf mois exactement. Le livre est découpé en 5 parties. Hiver, printemps, été, automne et hiver.

Le roman commence peu de temps avant noël, directement avec "l'enterrement" des deux parents. C'est Marnie qui débute le livre. Alors âgée de 15 ans. Elle se présente, elle et ses parents et sa soeur. Elle nous parle aussi un peu de sa vie. Rapidement.
Jeune fille très douée en cours, mais qui ne bosse que rarement (elle n'en a pas besoin). Des projets d'avenir, elle n'en a pas vraiment non plus... Elle (sur)vit au jour le jour. Entre alcool, deal et sexe avec le premier homme gentil avec elle.
Nelly, elle, est plus sage. Plus jeune aussi. 12 ans, presque 13. On l'a dit "bizarre", presque Autiste. Pourtant il n'en ai rien. Juste une pré ado qui a du faire face à tout un tas de chose qu'elle ne devrait même pas connaître. Certes, elle parle de façon un peu aristocratique et mange ses corn-flakes avec du coca, mais bon... qui sommes nous pour juger?
Lennie... le voisin retraité à la sale réputation... Le pauvre à le malheur d'être homosexuel. Forcément c'est pas très bien vu. Lui, il se confie à Joseph, son regretté amant, mort il y a plusieurs années. C'est tout naturellement qu'il va prendre sous son aile les deux soeurs livrée à elles même après la mort (étrange?) de leurs parents. Lui, vit seul avec Bobby, son chien mal en point.

Tous trois vont assez vite s'adopter, se dompter. Un semblant d'amitié va se former au jour le jour. Lennie va cuisiner pour elles. Elles, vont être heureuses d'avoir enfin quelqu'un qui prend soin d'elles, qui leur fixe des limites. Mais ça ne va pas être de tout repos et leur insolence va devoir se payer.

Bien sûr la disparition des parents va poser tout un tas de problèmes et de questions. Ils doivent un bon paquet d'argent à leur dealer qui va tenter par pas mal de moyens de le récupérer. Les copines de Marnie vont se mêler à tout ça. Et aussi un invité surprise. Une personne dont Marnie et Nelly (mais aussi Lennie) se seraient bien passée. Elles devront dire adieu aux copines, à la musique, aux petits copains et bien sûr à l'innocence...

Le roman oscille entre plusieurs états. C'est à la fois drôle, tendre, mais tout aussi triste et noir. On assiste à la vie de tous ses personnages sans pouvoir faire grand chose pour eux. On aimerait les recadrer leur dire d'arrêter les conneries, mais la jeunesse n'en a que faire et les deux soeurs s'enfoncent encore et toujours plus profondément comme si le lendemain n'avait pas de sens pour elle...
J'avoue que la fin est celle que j'espérais... Enfin, une lueur d'espoir? Pas si sûr...
En tout cas je me suis vraiment beaucoup attaché à ce trio hors du commun.

Pas un coup de coeur, mais il n'empêche que j'ai kiffé ma race! Un vrai bon moment de lecture.  ____________________________________________________________________________________

Lisa O'Donnell - Le doux venin des abeilles - Éditions Michel Lafon - 360 pages - 14/02/2013
Mon FACEBOOK

Partager cet article

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article

commentaires