Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 13:37

Si vous ne connaissez pas encore Paul Cleave, je vais faire en sorte que ça change !47762_149591438394550_5327795_n.jpg

Cet écrivain de 37 ans originaire de Christchurch (Nouvelle-Zélande) est l'auteur de 5 romans, dont deux (seulement) publiés en France.

Le premier, "Un employè modèle". Sorti en Août 2010 ce livre nous raconte l'histoire de Joe Middleton, qui travail comme homme de ménage au département de Police de Christchurch. Ce qui lui permet d’être au fait des enquêtes criminelles de la ville. En particulier celle relative au Boucher de Christchurch, un sérial-killer sanguinaire accusé d’avoir tué ces dernières semaines sept femmes dans des conditions atroces. Même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu’une de ces femmes n’a pas été tuée par le Boucher de Christchurch. Il en est même certain, pour la simple raison qu’il est le Boucher de Christchurch. Contrarié par ce coup du sort, Joe décide de mener sa propre enquête, afin de punir lui-même le plagiaire.

 

Je vous voir venir et me dire que ça ressemble à la série Dexter. Oui et bien non! En effet c'est là aussi un serial killer qui mène l'enquête, mais la comparaison s'arrête là!!

 

employemodele-190x300.jpg

 

Dès les premières pages nous plongeons dans l'esprit tordu de Paul Cleave. Le personnage principal, Joe, surnommé "Joe-le-lent" par tout le monde au travail, est un homme de ménage retardé. Retardé? En apparence seulement, parce qu'il est en vérité, doté d'une grande intelligence. Son hobbit, c'est de tuer et violer les femmes. A ce jour, 6 sont passées sous sa lame. Le fait de bosser dans ce commissariat permet à Joe de suivre de très près l'enquête sur le "Boucher de Christchurch", et autrement dit, sur lui. Un septième meurtre avec le même modus operandi va voir le jour et du coup chambouler les plans de Joe. Dans sa vie privé cet attachant serial killer est bien sur un célibataire de longue date qui vit avec ses deux poissons rouge et dîne une fois par semaine chez sa mère. Sa mère justement... femme veuve depuis plusieures années et frolant la sénilité. Elle ajoute une grosse touche d'humour à ce livre et un vent de fraicheur. Mais elle n'est pas la seule. Au commissariat il y a aussi Sally, jeune femme célibataire et follement éprise de Joe. Le livre tient la route de bout en bout en combinant passages d'humour noir, d'enquête, de meurtres violents et de répliques acerbes de Joe.  Plus les pages défilent et plus on s'attache à ce dingue.

Ce livre va très certainement devenir un classique du genre ! Et très gros coup de coeur pour ma part !

 

"Je pose la pointe du couteau sur sa joue et je lui demande d'ouvrir la bouche. Elle est toute disposée à coopérer quand la lame commence à l'égratiner. Je me penche alors vers ma mallette, j'en sors un oeuf et je le lui colle dans la bouche. Tout devient facile quand elles renoncent à resister. [...] Elle ne moufte pas. Pas de problème, visiblement. Je vais dans la salle de bains, ramasse sa serviette, la rapporte et lui couvre le visage avec. Je me déshabille et je grimpe sur le lit. Elle bouge à peine, ne se plaint pas, continue seulement à pleurer jusqu'à ce qu'elle n'ait plus de larmes. Quant on a fini, et que je descends du lt, je découvre qu'à un moment l'oeuf a glissé jusqu'au fond de sa bouche, au point de l'étouffer avec succès. Ceci explique les borborygmes que j'ai entendus et que, sur le moment j'avais pris pour autre chose. Oups!"

 

72134557.jpg

Son deuxième livre, "Un père idéal" sorti, lui en octobre 2012. L'histoire est celle de Jack Hunter qui a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour y arrêter le premier serial killer de l’histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d’avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines. Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il se tourne pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ? L’instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu’Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l’horreur.

 

 C'est toujours avec une certaine appréhension que j'attaque le deuxième livre d'un auteur dont j'ai aimé le premier et, Paul Cleave n'y échappe pas. 

On est dans ce deuxième livre assez loin de son "un employè modèle". Alors que son premier roman est noir mais drôle, celui-ci est noir... et noir !

Le livre s'ouvre sur la jeunesse d'Edward, sur la découverte des meurtres de son père, son arrestation et le destin tragique de sa mère et sa soeur. Et là déjà on sent l'ambiance pesante. Puis on arrive plusièures années plus tard, Edward est adulte, marié et père de famille. Tout va bien dans sa vie. Pour le moment. Moins de 50 pages après le début du livre l'ambiance noire s'assombrie encore. Sa femme est tuée et il se retrouve seul avec sa fille et sa belle famille qui le hait. Il va donc faire en sorte de se relever de se drame et surtout de retrouver le meurtrier de sa femme. Son père, qui est en prison depuis plusieures années va réaparaitre dans la vie de son fils. Alors que tout le monde dit depuis toujours que le fils ne peut que finir comme le père, il va tenter de prouver le contraire et filer droit. Mais comment resister quand on a plus rien ou presque? Le père et le fils vont donc faire équipe afin de se faire vengeance à n'importe quelle prix, même s'il doit payer de sa vie. Il va s'embourbrer dans une merde pas possible et va avoir bien du mal à en sortir. Au bout de 250 pages, alors que l'on pense que le livre ne peut pas être plus sombre qu'il n'est, Paul Cleave nous prouve le contraire et rajoute une couche de violence et de mort, sans toute fois en faire de trop et le livre, jusqu'à la dernière page reste crédible. Avec ce roman d'une noirceure extrème Paul Cleave nous offre un final dans la lignée direct du livre, sans espoir et derangeant ! Cela dit, l'ériture reste toujours aussi bonne.

Coup de coeur énorme pour ce livre aussi!

 

"On me ramène à la maison. Le soleil est sur le déclin et la ville semble désormais plus sombre. Les ombres projetées par les bâtiments fatigués sont petites mais sinitres, les personnes qui s'y abritent sont hébétées, les arbres, les plantes et les fleurs qui font la Ville-Jardin ont tous perdu leur vivacité - la vie abandonne le monde. Nous passons devant des étals de fruits délabrés en bordure de la route, des pancartes " A vendre" devant des maisons que leurs occupants veulent quitter. Le sang sur mes vêtements sèche, sa couleur virant du rouge vif à un bordeau foncé. Les taches rêches et rugueuses me démangent. A chaque seconde qui passe la distance entre Jodie et moi s'accroît, et l'espoir de la récupérer redevient le désespoir que j'ai éprouvé à l'instant où je l'ai vue se faire abattre. C'est ma ville, chez moi, l'endroit que j'aimais mais que je n'aime plus. Maintenant je ne sais pas ce que c'est. Certainement pas chez moi. Plus maintenant. Maintenant, c'est l'endroit qui a tué ma femme et pris sa mère à ma fille. Maintenant, c'est un cloaque et je n'y vois aucun avenir."

_____________________________________________________________________________________________

"Un employé modèle" - Editions Sonatine - 423 pages - 19/08/2010

"Un employé modèle" - Editions livre de poche - 477 pages- 31/08/2011

"Un père idéal" - Editions Sonatine - 405 pages - 13/10/2011

"Un père idéal" Editions livres de poche - 450 pages - 03/10/2012

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 00:33

Karen Maitland n'est pas encore véritablement encrée dans le paysage de la littérature en France et c'est bien dommage.

En France deux de ses livres ont été publiés. ("La compagnie des menteurs" en 2009  et chez pocket en 2011 et "Les âges sombres" il y a tout juste quelq

ues jours.) Tout les deux aux éditions Sonatine. Si en ce début d'année j'ai eu un coup de coeur c'est bel et bien pour son nouveau roman.

 

"Les âges sombres" ça parle de quoi?

"1321. Les habitants d’Ulewic, une petite cité isolée de l’est de l’Angleterre, sont sous le joug de leur seigneur et de l’Église, celle-ci ayant supplanté, depuis quelques années, le paganisme qui régnait dans la région. Non loin du village s’est installée une petite communauté chrétienne de femmes, des béguines originaires de Belgique. Sous l’autorité de sœur Martha, elles ont jusqu’alors été assez bien tolérées. Mais les choses commencent à changer. Le pays connaît en effet des saisons de plus en plus rigoureuses, les récoltes sont gâchées, les troupeaux dévastés et le besoin d’un bouc émissaire se fait sentir. Neuf hommes du village, dont on ignore l’identité, vont profiter de la tension qui commence à monter pour restaurer un ordre ancien et obscur. Renouant avec de terribles rites païens, usant de la terreur, du meurtre et de la superstition, ils vont s’en prendre aux béguines, qui devront les démasquer et élucider les secrets du village avant que la région ne soit mise à feu et à sang."

 

artoff147.jpg

 

Et "la compangie des menteurs" ?

1348. La peste s’abat sur l’Angleterre. Rites païens, sacrifices rituels et religieux : tous les moyens sont bons pour tenter de conjurer le sort. Dans le pays, en proie à la panique et à l’anarchie, un petit groupe de neuf parias réunis par le plus grand des hasards essaie de gagner le Nord, afin d’échapper à la contagion. Neuf laissés-pour-compte qui fuient la peste mais aussi un passé trouble.
Bientôt, l’un d’eux est retrouvé pendu, puis un autre noyé, un troisième démembré… Seraient-ils la proie d’un tueur plus impitoyable encore que l’épidémie ? Et si celui-ci se trouvait parmi eux ?
Toutes les apparences ne vont pas tarder à s’avérer trompeuses et, avec la mort qui rôde de toutes parts, les survivants devront faire preuve d’une incroyable sagacité, au milieu des secrets et des mensonges, pour trouver le mobile des meurtres et résoudre l’énigme avant qu’il ne soit trop tard.

artoff66.jpg

 

Je ne passerai pas par quatre chemins, je crois n'avoir jamais lu un polar historique comme ça! Jamais un livre ne m'a emporté dans un univers aussi riche et bien décrit.

L'intrigue des "Âges sombres" est intelligente et très bien menée de bout en bout. On est embarqué dans une Angleterre du 14eme ravagée par la faim et les superstitions. Dans un climat ou la magie à plus de pouvoir que la seigneurie. Karen Maitland nous conte merveilleusement ce climat et cette atmosphère, au point d'avoir envie de se décroter les chaussures à la fin du livre. On passe près de 700 pages les pieds dans la boue. Le plus de ce livre c'est ses chapitres. On change de personnage et donc de point de vu à chaque fois. On passe tant tôt d'un prètre, à une enfant du village, puis une beguine et ainsi de suite. En plus de ça elle a le dont de faire vivre des personnages attachants qui cachent tous leurs secrets. Bref, je ne vous en dirais pas plus, si ce n'est, foncez lire cette auteure qui mérite d'être lu et reconnue par un grand nombre ! Mon plus gros coup de coeur de ce début d'année !

 

Je vous laisse avec une petite "bande annonce" faite pour la promo de ce superbe livre !

 

Demosthène
_____________________________________________________________________________________________
La compagnie des menteurs - Karen Maitland - Editions Sonatine - 571 pages - 18/03/2010
La compagnie des menteurs - Karen Maitland - Editions Pocket - 665 pages- 01/09/2011
Les âges sombres - Karen Maitland - Editions Sonatine - 672 pages - 16/05/2012
Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 23:39

 

Je ne pouvais pas commencer ce blog sans vous parler de ce qui est très certainement MON livre. Oui, mon livre préféré ! Un des plus gros choc littéraire de ma (jeune) vie! "Le corps exquis" de Poppy Z. Brite. Poppy est une jeune femme d'à peine 45 ans qui vit avec une quinzaine de chats, elle a un visage d'ange, et pourtant elle a surement écrit l'un des livres les plus pervers à ce jour.

 

Ça parle de quoi? Et bien c'est simple: "Andrew Compton, un serial killer anglais, s'évade de prison en se faisant passer pour mort. Réfugié aux U.S.A., à la Nouvelle-Orléans, il rencontre par hasard un autre prédateur, Jay Byrne. L'histoire d'amour qui va unir ces deux psychopathes cannibales et nécrophiles ne les empêchera pas de semer le désordre dans le statu quo ambiant et de laisser dans leur sillage une piste sanglante."

Tiens donc, ça vous rappelle quelque chose à vous aussi? Et bien oui, c'est normal. Ce livre est directement (et librement) inspiré de la vie du serial killer Jeffrey Dahmer, surnommé le cannibale du Milwakee.

9782290349519-0-288234.jpg

 

Il n'est pas chose facile que de traiter d'un sujet pareil, mais il semblerait que Poppy Brite n'en ai cure et nous livre ici un roman fort, fascinant et, cru dans un univers malsain. Elle nous décrit sa version de la vie de Jeffrey Dahmer avec talent. Mais bien entendu ce n'est pas un livre à mettre entre toutes les mains. Elle raconte l'histoire avec une telle maitrise que l'on arrive presque à ce mettre à la place des tueurs. A ressentir leurs émotions. On suit les divagations des protagonistes dans leurs ébats meurtriers et sexuels.


Une fois le livre fermé on devrait se dire "ouf, fini, enfin!" Et bien non... Et c'est là tout le talent de cette auteur(e). De la perversion, on n'en redemande encore. On veut du sang et des meurtres. Vous savez, un peu comme lorsque sur une autoroute on croise un accident. On ralentit histoire de voir un peu de sang, et une fois la scène passée, on regarde dans le retro. Et bien là c'est pareil.

 

Âmes sensibles s'abstenir tout de même. Un vrai bijoux d'horreur !

 

_____________________________________________________________________________________________

Le corps exquis - Poppy Brite - Editions J'ai lu - 285 pages - 01/09/2005

Repost 0
Published by blog-du-serial-lecteur
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 23:23

Bonsoir, bonjour.

 

Alors me voici moi aussi sur le marché du blog polardesque. J'ai longuement hésité avant d'en faire un, car il est vrai qu'on ne compte plus le nombre de sites similaires qui existent sur la toile.

Finalement, je me suis dis que moi aussi je peux aisément en faire un vu ma consomation de polar au mois :)

 

Je vais vous parler de toutes mes lectures prochaines et bien sur de certaines de mes vieilles lectures qui m'ont marqué. Je vous parlerai de mes coups de coeur et de mes déceptions !

 

Je suis donc un jeune libraire de 24 ans qui sévis en Bretagne. Je m'occupe bien entendu du rayon polar et je ne manque pas de partager mes lectures avec mes clients.

 

Je vous souhaite une très bonne visite ici et n'hésitez pas à me faire part de vos remarques ;)

 

Demosthène !

 

Repost 0
Published by blog-du-serial-lecteur
commenter cet article