Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 11:42

Quatrième de couverture :

Après la mort violente du baron Raoul de Hurlebosque, son fils Philippe est atteint d’un mal étrange. Tous y voient la marque du diable. La jeune Morgane, avec sa tache de naissance au front, est un coupable tout désigné. Arrêtée par l’inquisiteur Henri Niger, torturée, Morgane avoue un crime qu’elle n’a pas commis. Tandis qu’elle attend la mort, un mystérieux sauveur la délivre. Mais elle va devoir honorer le pacte conclu…

L’auteur entraîne le lecteur dans une véritable enquête policière au cœur du XVe siècle où la recherche de vérité se heurte aux superstitions et à l’ignorance.

La fin du Moyen Âge est pour l’Europe chrétienne le temps de la malepeur du Diable, des bûchers et des chasses aux sorcières. Le Signe du Diable offre une immersion saisissante dans cet âge tourmenté et prompt à l’exaltation de l’irrationnel. Loin des codes traditionnels du roman historique, ce récit se place dans la veine des grands thrillers médiévaux : l’Histoire s’érige en scène de théâtre pour laisser se jouer une aventure inédite.

Le Signe du Diable ravira les amateurs de suspense, de sorcellerie et de superstition.

 

Mon résumé :

Alors que la Peste Noire a fait des ravages dans le royaume, tant chez les nobles que les pauvres, des vieillards aux nourrissons, des fermes aux châteaux en passant par l'Eglise, laissant le champ libre aux superstitions et autres peurs du Diable.

C'est dans cette triste période de chasse à la sorcière que Morgane a grandi, fille du père Bérard, homme de Dieu ayant cédé à la tentation, il fallait donc qu'il soit victime d'un maléfice pour oublier ses convictions, même après la mort de la mère de Morgane, il a veillé sur elle, il ne fait aucun doute qu'elle est une sorcière puissante d'autant plus qu'elle porte sur le front la marque du Diable !

A la mort de son père, le village voit enfin la possibilité de se débarrasser d'elle, mais c'est sans compter sur ses pouvoirs, elle parvient à déchaîner les éléments et ainsi échapper à une mort certaine.

Elle trouve refuge à Hurlebosque,chez un couple de boisilleurs ayant perdu leurs enfants lors des épidémies, ils n'ont pas peur d'elle, ils ne pensent pas qu'elle soit une sorcière, elle non plus d'ailleurs, elle ne croit pas en ces sornettes.

Mais ici, comme dans son village natal, on craint le Malin et ses servantes, d'autant que le Baron Raoul est mort depuis peu, et que son fils Philippe souffrant, vit cloitré dans le château, il n'en faut pas plus pour que Morgane soit pointée du doigt, arrêtée par l'inquisiteur Niger, torturée, épuisée, elle finira par avouer, mais une fois encore, échappera à la mort, ce qui l'attend n'est pas moins pire ...

 

Mon ressenti :

"Le signe du Diable" est le premier roman de Thomas Laurent, auteur strasbourgeois,publié aux éditions Zinedi.

J'affectionne les thrillers historiques, ainsi que cette sombre période de notre Histoire, mais j'avoue ne pas en lire tant que ça, mon auteur de prédilection étant Karen Maitland, malheureusement peu traduite en français ...

Alors quand cet auteur a lancé un appel aux bloggeurs sur les réseaux sociaux, j'ai répondu présente ! D'autant plus que je n'ai pas souvenir d'avoir déjà lu un thriller médiéval français ... Et quelle bonne surprise !

J'ai aimé cette immersion dans la France médiévale, encore meurtrie par les épidémies, sa folie dans sa chasse aux sorcières, ses superstitions, on sent que Thomas Laurent sait de quoi il parle, qu'il a fait un travail de recherche des plus fouillés, limite on se demande s'il ne serait pas un peu sorcier sur les bords pour en savoir autant ? ;p

J'ai vraiment aimé le personnage de Morgane, à la fois si forte et si fragile, la seule à ne pas croire à ces contes de bonne-femme, la seule à paraître lucide mais, qui, comme nous, finira par douter.

Les autres personnages ne sont pas en reste, charismatiques ou détestables, j'aurais bien voulu jeter des sorts à plus d'uns par moment.

L'histoire nous apporte son lot de surprises, de frissons, d'émotions et de What the fuck !!!, non mais ce twist final, un grand bravo à l'auteur, je me suis faite berner de bout en bout, et, punaise, j'adore ça !

Un immense merci à Thomas Laurent pour sa confiance, un jeune auteur promettre que j'ai envie de suivre et que je recommande vivement.

"Le signe du Diable", Thomas Laurent, 248pages, publié aux éditions Zinedi, juin 2016

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article

commentaires