Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 07:51

Comme chaque année depuis 6 ans, je me rends à Lyon pour le plus grand Festival de Polar en France : les Quais du Polar (http://www.quaisdupolar.com/).

Et pour la 3ème année consécutive, la Fnac est partenaire de ce Festival en proposant également des rencontres et des dédicaces au Forum de la Fnac Bellecour sur la journée du samedi 1er avril :  http://www.fnac.com/Lyon-Bellecour/Quais-du-Polar-programme-du-samedi/cp33711/w-4?SpaceID=90.

Vous pourrez donc rencontrer, en plus du programme officiel de QDP, 7 très bons auteurs de polars qui sont : Alexis Aubenque, Nicolas Beuglet, Jacques-Olivier Bosco, Paul Colize, Claire Favan, Valentin Musso et Jacques Saussey et qui seront également en dédicace au Palais du Commerce le dimanche 2 avril (http://www.quaisdupolar.com/wp-content/uploads/2012/03/Planning-Ddicaces-2017-2.pdf).

Une petite sélection de mes chouchous de cette nouvelle édition 2017 s'impose donc et je vous présente leurs livres, déjà sortis ou à sortir tout prochainement...

Bonnes lectures !

Et bon Salon à ceux qui ont la chance d'y aller...

Caroline

 

"Aurore de sang" d'Alexis Aubenque, éditions Robert Laffont, collection La Bête Noire

La suite tant attendue de "Tout le monde te haïra" !
On repart donc en Alaska retrouver Nimrod et Tracy, coéquipiers de choc, qui vont être embarqués dans une enquête périlleuse où leurs vies vont de nouveau être mises en danger.
Au programme : une secte, un enfant disparu, une ex de retour et la mort d'un richissime homme d'affaires.
Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette "Aurore de sang", un thriller palpitant et passionnant où on prend plaisir à retrouver les personnages et à retourner en Alaska.

(rappel du 1er tome : "Tout le monde te haïra" Mettez votre polaire, on part dans le Grand Froid !
L'idée d'installer l'intrigue en Alaska est originale, les nouveaux personnages attachants, l'histoire incroyablement sombre et assez perverse, font de ce livre un des meilleurs d'Alexis Aubenque. L'intrigue est surprenante, étouffante, odieuse, abracadabrante... et puis, il y a cette fin de fou ! Régalez-vous ! http://www.collection-la-bete-noire.fr/nos-livres/tout-le-monde-te-haira/)

http://www.collection-la-bete-noire.fr/nos-livres/aurore-de-sang/

 

"Brutale" de Jacques-Olivier Bosco, éditions Robert Laffont, collection La Bête Noire

Mon premier Bosco mais pas le dernier...
Un rythme endiablé et une héroïne détonante et déroutante font de "Brutale" un sacré bon polar !
Cette Lise Larteguy a tout d'une grande : flic de choc, nerveuse, investie limite possédée, elle sait séduire le lecteur d'entrée de jeu. 
Personnage fort, elle fait vivre tout le roman par sa voix, son énergie presque jamais à plat, ses blessures, sa soif de (sur)vivre. 
Elle est "Brutale" et va puiser dans sa hargne et sa haine de l'injustice pour essayer de réparer des vies et d'en sauver d'autres.
Pour qui aime l'action, la baston, s'en prendre plein la tronche et rester scotché aux pages jusqu'à son dénouement... ce livre est fait pour vous !
Une nouvelle excellente surprise de La Bête. 

http://www.collection-la-bete-noire.fr/nos-livres/brutale/

 

"Zanzara" de Paul Colize, éditions Fleuve Noir

Zanzara, un titre mystérieux...
Une intrigue folle qui défile à 100 à l'heure, le personnage-héros Fred, journaliste, chien fou mais blessé, qui va se lancer dans une quête de vérité, concernant le massacre perpétré à Odessa en 2014.
Seul contre presque tous, il fouille, afin de déterrer la vérité, celle qui l'aidera à continuer à avancer, car Fred est un homme entier et n'envisage pas de laisser tomber, même quand sa vie devient menacée.
J'aime toute l'oeuvre de Paul Colize, ses anti-héros, toujours attachants, touchants, humains et drôles, son écriture juste et fine, son univers et sa façon unique de raconter les histoires.

https://www.fleuve-editions.fr/livres/thriller-policier/zanzara-9782265099388/

 

"Récidive" de Sonja Delzongle, éditions Denoël, collection Sueurs Froides

Troisième apparition de la profileuse Hanah Baxter.
Après "Dust" qui se passait en Afrique du Sud et "Quand la neige danse" aux USA, Sonja Delzongle nous ramène en France, en Bretagne plus précisément, sur les traces du passé de son héroïne.
Son père, personnage sombre et dangereux, sort de prison, après avoir purgé une peine de 25 ans pour le meurtre de la mère d'Hanah.
La profileuse installée aux Etats-Unis va vouloir revenir sur sa terre natale afin de découvrir la vérité sur la mort de sa mère, mais ce sont des cadavres qui vont rapidement s'amonceler et être déterrés. 
Son père sème-t'il de nouveau la mort ? Hanah peut-elle l'en empêcher ? Une confrontation semble inévitable au fil des pages...
L'auteur réussit un 3ème tome plus émouvant que les deux premiers, car le métier de l'héroïne est davantage mis entre parenthèses pour s'intéresser à son passé et à ses blessures personnelles.
Se basant sur le naufrage d'un navire au début du siècle en Bretagne, l'auteur nous balade sur deux époques, entre secrets de familles et quêtes de vérité.
Les victimes du navire ne sont bien vite plus seules et les cadavres se multiplient rapidement dans le sillage de la profileuse qui est au coeur de toute l'intrigue, passée et présente.
Un suspens fou, des révélations sacrément étonnantes... et un final qui me laisse sur le cul !

sortie nationale le 6 avril 2017

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Sueurs-Froides/Recidive

 

"Somnambule" de Sebastian Fitzek, éditions de l'Archipel


Un thriller excellentissime sur le thème du somnambulisme, sujet étrange et peu traité.
L'histoire : Leo Nader est somnambule. Après un traitement psychiatrique lourd quand il était plus jeune, il se pense guéri, jusqu'à ce qu'un matin, sa femme adorée Natalie, blessée physiquement, le quitte et disparaisse. 
Que se passe-t'il pendant les nuits de Leo ? Redevient-il violent comme avant ? Ses rêves deviennent de plus en plus cauchemardesques. Mais est-il endormi ou éveillé ?
Lu d'une traite, "Le somnambule" réserve beaucoup de bonnes surprises et une fin qui déchire carrément !
Pour vous donner une idée du personnage : 
😬jjjjjjjsdcfvbfnds,j'ai rencontré l'auteur pour la première fois au SDL il y a 5 ans, il est arrivé en camisole avec le masque d'Hannibal Lecter sur la bouche ! 

sortie nationale le 15 mars 2017

http://www.editionsarchipel.com/livre/le-somnambule/

 

"En douce" de Marin Ledun, éditions Ombres noires

Émilie se retrouve amputée d'une jambe suite à un accident de voiture qu'elle a provoqué, mais elle en veut à la terre entière et en premier lieu, à celui qui était, malheureusement pour lui, sur sa route ce matin-là : Simon. 
Émilie bascule suite à ce traumatisme physique. 
Elle quitte son poste d'infirmière pour aller s'occuper d'un chenil, et survit jour après jour... jusqu'au moment où elle veut donner un sens à sa vie pour aller mieux : elle va retrouver Simon et se venger.
Le personnage d'Émilie, comme l'était celui de Carole Matthieu dans "Les visages écrasés", est profondément émouvant, empreint d'une profonde humanité et tellement touchant. Le lecteur aime d'entrée de jeu Émilie, ses fêlures, ses démons, ses tourments, sa folie. Elle semble possédée, tant sa douleur et sa haine sont palpables. 
Simon, jeune type seul et un peu paumé, comme un personnage miroir, va subir l'acharnement d'Émilie.
"En douce" est un superbe roman noir de Marin Ledun sur le thème de la rédemption.

http://www.ombres-noires.com/#homepage

 

"Une affaire d'hommes" de Todd Robinson, éditions Gallmeister, collection Néonoir

Retrouver Boo et Junior : deux belles âmes sous leurs armures de bad boys.
Après "Cassandra" et l'étonnante découverte de ses deux héros, videurs dans une boîte de Boston et s'attirant ennuis sur ennuis (voire cadavres si affinités...), "Une affaire d'hommes" nous embarque de nouveau dans une folle aventure meurtrière et semée de coups et de corps.
Toujours le style inimitable de Todd Robinson qui déchire, un humour corrosif, un style tranchant, un putain de roman noir et décalé, drôle et touchant... toujours conquise par la collection Néonoir.

(rappel du 1er tome : "Cassandra" 14 ans, a disparu. Boo et Junior, amis depuis l'orphelinat et videurs dans un bar, se font engager par un homme influent afin de la retrouver. Cassandra a mis les pieds là où il ne fallait pas et il va être compliqué de la retrouver sans user de violence et surtout sans semer de cadavres... http://www.gallmeister.fr/livres/fiche/205/robinson-todd-cassandra)

http://www.gallmeister.fr/livres/fiche/215/robinson-todd-une-affaire-d-hommes

 

"Ne prononcez jamais leurs noms" de Jacques Saussey, éditions du Toucan

La fin de "La pieuvre" laissait le lecteur sur sa faim et je trépignais d'impatience de les retrouver... revoilà donc Daniel et Lisa pour une nouvelle aventure très noire qui nous embarque au Pays Basque à la poursuite d'un tueur totalement inhumain et d'une perversité rare. 
Un nouveau tome très réussi où Jacques Saussey mêle fiction et réalité, se servant de la triste actualité post-Charlie en toile de fond.
Le duo de flics fonctionne de nouveau parfaitement et cette course poursuite effrénée contre ce tueur fou embarque complètement le lecteur qui n'a pas une seconde de répit.

(rappel de "La pieuvre" : Branle-bas de combat dans l'équipe de Magne, pendant que Lisa est dans le Sud de la France auprès de sa mère mourante, ses hommes n'ont que quelques jours pour mener l'enquête sur le meurtre du père de Lisa et ce qu'ils vont découvrir, va les terroriser et les prendre petit à petit dans ses tentacules pour les broyer. 

http://www.editionsdutoucan.fr/livres/fictions/pieuvre#.WNALK5DhDrc)

http://www.editionsdutoucan.fr/livres/fictions/ne-prononcez-jamais-leurs-noms#.WNAEO5DhDrc

 

"Du feu de l'enfer" de Sire Cédric, éditions Presses de la cité

Manon et Ariel sont frère et soeur et Ariel a toujours entraîné sa soeur dans ses plans foireux. Mais cette fois-ci, il s'est attiré les foudres d'une secte particulièrement puissante et meurtrière et les a mis en danger de mort. 
Traqués, ils combattent pour garder la vie sauve.
Un thriller incroyablement noir particulièrement réussi où coups de pression, suspens et retournements de situation sont les maîtres mots.
Des scènes choc très visuelles, des adorateurs du Diable, des rites de passage... la porte des enfers est ouverte... fuyez !!!

http://www.pressesdelacite.com/livre/polars-et-suspense/du-feu-de-l-enfer-sire-cedric

 

 

Retrouvez aussi mes précédentes sélections avec des auteurs qui seront également à Lyon : Barbara Abel, Nicolas Beuglet, Sandrine Collette, R.J. Ellory, Claire Favan, Jane Harper, Maud Mayeras, Bernard Minier & Valentin Musso :

http://blog-du-serial-lecteur.over-blog.com/2017/02/mes-coups-de-coeur-de-fevrier-2017-caroline.html

http://blog-du-serial-lecteur.over-blog.com/2016/12/les-larmes-noires-de-la-terre-de-sandrine-collette-le-meilleur-roman-de-l-annee-2017.html

http://blog-du-serial-lecteur.over-blog.com/2017/01/coup-de-projo-sur.valentin-musso-caroline.html

http://blog-du-serial-lecteur.over-blog.com/2016/08/les-livres-incontournables-de-la-rentree-2016-caroline.html

Repost 0
Published by Caroline
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:27

Quatrième de couverture :
 
Le nouveau roman de Johana Gustawsson va vous couper l'appétit.
 
Mör : adj. fém. En suédois, signifie « tendre ». S'emploie pour parler de la viande. 
 
Falkenberg, 16 juillet 2015. Sur les rives d’un lac, on retrouve le cadavre affreusement dépecé d’une femme. Ses seins, ses fesses, ses cuisses et ses hanches ont été amputés de plusieurs kilos de chair.
 
Londres, le lendemain matin. La profileuse Emily Roy est appelée sur les lieux d’une disparition inquiétante : l’actrice Julianne Bell a été enlevée à l’aube, et ses chaussures ont été retrouvées à proximité de chez elle, emballées dans un sac de congélation.
 
Ces deux crimes portent la signature de Richard Hemfield, le « tueur de Tower Hamlets », enfermé à perpétuité à l’hôpital psychiatrique de haute sécurité de Broadmoor. Dix ans plus tôt, il a été reconnu coupable du meurtre de six femmes et de celui de l’ancien compagnon de l’écrivaine Alexis Castells. Comment alors expliquer que ses crimes recommencent ?
 
Mon résumé :
 
En Suède, juillet 2015, le cadavre d'une femme est retrouvé, ses attributs féminins en moins ...
L'enquête est confiée au commissaire Lennart Bergström, qui voit ses congés annulés, en prime, on lui colle une stagiaire dans les basques, Aliénor Lindberg, fille de.
 
En Angleterre, à Londres, une actrice a été enlevée, il ne reste que ses chaussures emballées dans un sac de congélation. La profileuses Emily Roy est en charge de l'enquête.
 
Ces deux crimes, distants de plusieurs milliers de kilomètres, ne sont pas sans rappeler ceux commis dix ans plus tôt, le problème est que Richard Hemfield, le présumé coupable est interné à l'hôpital psy de haute sécurité !
Pourquoi de nouveaux crimes commis une décennie, plus tard, qui plus est dans deux pays ? S'agit-il d'un copycat ? Sauf que certains éléments, non déclarés à la presse à l'époque, sont présents !
Une fois encore, une collaboration étroite entre les services de police suédois et anglais va avoir lieu, une fois encore l'auteure Alexis Castells va être impliquée, en première ligne, son compagnon ayant été tué par Richard Hemfield  ...
 
Mon avis :
 
"Mör" est le second roman de Johana Gustawsson, son précèdent "Block 46" a été unanimement salué par la critique et fait l'objet d'une traduction dans quinze langues, rien que ça !!
Alors, vous imaginez bien la pression qui pèse sur un numéro deux :p et pourtant, il n'a rien à envier à son grand-frère, loin de là !!
Johana Gustawsson nous offre-là, une suite à la hauteur de nos espérances, et même au-delà.
 
Un deuxième opus qui reprend les codes qui ont fait le succès de son prédécesseur : une enquête menée conjointement dans deux pays, un voyage temporel entre notre époque et l'Allemagne nazie et ses camps de concentration pour "Block 46", et notre époque et l'Angleterre victorienne en plein pendant la vague de meurtres du tristement célèbre Jack l'Eventreur !! Deux périodes qui me fascinent au plus haut point, il va sans die que ça en rajoute une couche dans mon enthousiasme.
 
Le fait de retrouver les protagonistes qui m'ont tellement charmé n'est pas moindre non plus, que ce soit le duo Emily/Alexis, deux femmes fortes et fragiles à la fois, les flics suédois comme anglais, les parents de Alexis, mais surtout sa mère, haute en couleur, à ceux-ci s'ajoutent de nouveaux personnages tout aussi intéressants et attachants, je pense bien sûr à Aliénor, irritante au premier abord, et Karla, la fliquette suédoise, moins froide que Emily, épanouie tant par sa condition de mère que celle de flic.
Sans oublier, Freda Wallin, qui a fui sa Suède natale pour trouver une vie meilleure à Londres, fin 18880, alors que Jack l'Eventreur sévit ...
 
Un rythme soutenu, à la limite haletant, des chapitres courts, oscillant entre les différents pays et époques, qui donnent l'ivresse, ivresse de savoir, ivresse de rester plongé dans ce livre, dont les pages pourtant défilent à trop grande vitesse !
Aucun répit ne nous est accordé, surtout pas lorsque l'on se retrouve en compagnie de Julianne, l'actrice disparue, on vit ce qu'elle vit, on devient Julianne et c'est avec un soulagement que nous quittons les chapitres qui lui sont consacrés.
La plume de Johana Gustawsson est si réaliste, on sent d'ailleurs la recherche faite avant l'écriture de ses romans, et ça, c'est encore un point positif.
Cette plume qui nous ensorcèle, nous fait douter et nous achève avec ses twists infernaux, je dévie quiconque d'avoir eu le fin mot de l'histoire ?! Elle est machiavélique cette Johana, et ce, pour mon plus grand plaisir :)
 
Une auteure qui a fait une entrée remarquée dans la cour des grands et ce, dès son premier roman, son second assoit sa place, qui sera amplement confirmée par le troisième, c'est certain !
 
Un grand merci à Lilas Seewald et Les Editions Bragelonne, pour avoir fait de moi l'une des heureuses lectrices de ce fucking roman en avant-première.
Un immense merci à Johana Gustawsson pour cette gentille attention tout à la fin du livre, ça m'a énormément touché, d'autant plus que l'on ne s'est pas encore rencontrées, mais ça ne saurait tarder :)
Encore un mot rapide, les couvertures simples sont souvent les plus efficaces, c'est le cas ici (comme pour "Block 46"), et le petit mot du grand R.J.Ellory devrait encourager les plus récalcitrants.
 
 
  • Photo : Edward Fielding / Arcangel Images
 
  • Illustrateur : Fabrice BORIO
  • Date de parution : 15/03/2017
  • ISBN : 9791028102371
  • Prix : 21.50 €
  • Nombre de pages : 312
  • Format : Grand format
  • Edition : Brochée

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 18:34

 

Le mois de février est riche en belles découvertes !

Je partage avec vous mes 8 livres coups de coeur du mois, parus ou à paraître...

Bonne(s) lecture(s) !

Caroline

 

"Dompteur d'anges" de Claire Favan, éditions Robert Laffont, collection La Bête Noire

"Dompteur d'anges" : un titre énigmatique, un roman noir, froid, brutal, violent, fou, merveilleux.
L'histoire nous plonge dans le calvaire sans fin de Max, dont le destin brutal et triste à pleurer, semble tout tracé derrière les barreaux. Un début de roman abrupte, dur, sec.
Puis, rencontre avec Cameron, personnage au destin tout aussi déroutant, au début de vie d'une violence inouïe et au parcours de vie parsemé de coups, de corps et de sang... jusqu'à ce que...
Il y a des auteurs, dont Claire fait partie, dont je lis les livres sans même connaître le sujet, ni même lire la quatrième de couverture, car je lui fais confiance d'avance et je sais que je vais me faire embarquer direct dans son nouvel univers.
Ce "Dompteur d'anges" en fait partie et une nouvelle fois, j'ai dévoré son livre en quelques heures, embarquée par le rythme effréné, la folie de l'histoire, les personnages barges et l'écriture.
Je n'en dis pas plus car si comme moi, vous lisez les livres de Claire "les yeux fermés", je ne veux pas gâcher le suspens, ni votre plaisir...
Le 6ème roman de Claire Favan est un pur bonheur pour qui est amateur de sensations fortes et de coups de poing dans ta face.
On referme le livre un peu ko, mais (sur)vivant et pas peu fier !

http://www.laffont.fr/site/dompteur_d_anges_&100&9782221197349.html

Claire Favan sera en dédicace le samedi 25 février à partir de 15H à la Fnac de Rosny 2.

 

"Les filles des autres" d'Amy Gentry, éditions Robert Laffont, collection La Bête Noire

Julie, 13 ans, est kidnappée chez elle en pleine nuit devant sa sœur Jane, 10 ans, qui assiste impuissante à l'enlèvement. Huit ans plus tard, Julie frappe à la porte de chez elle. 
Que s'est-il passé durant toutes ces années ?
Comment a-t'elle survécu ?
Et surtout quelle femme est-elle devenue ? 
Sur un sujet déjà traité cent fois, l'auteur réussi à écrire un thriller psychologique formidable, très original, plein de suspens, de surprises et d'émotions !

http://www.laffont.fr/site/les_filles_des_autres_&100&9782221197844.html

 

"Canicule" de Jane Harper, éditions Kero

Partir en Australie me tentait bien...
Puis, l'histoire, les personnages, dont le principal : Aaron Falk, attachant dès les premières lignes, m'ont fait plonger dans le livre tout de suite, pour ne plus le lâcher du week-end. 
Falk, donc, flic célibataire à Melbourne, revient sur les terres de son enfance pour l'enterrement de son vieux pote qui se serait fait sauter le caisson après avoir tué femme et enfant. Mais même si les deux anciens amis s'étaient éloignés depuis bien longtemps, Falk a dû mal à l'imaginer en meurtrier familial.
Secondé par le flic de la petite bourgade, il mène l'enquête et dérange beaucoup de monde, car 20 ans plus tôt, il a dû fuir avec son père, après avoir été accusé du meurtre d'une de ses amies.
Un formidable premier roman haletant, passionnant et à multiples rebondissements.

http://www.editionskero.com/ouvrage/canicule

 

"Les filles déchues de Wakewater" de V.H. Leslie, éditions Denoël

La couverture et sa 4ème m'avaient intriguées... 
Très belle surprise que ce roman anglais, intrigant, fascinant et hypnotisant sur le pouvoir de l'eau et ses malédictions.
Deux femmes, deux époques, un même lieu.
Wakewater : un bâtiment aux pieds de la Tamise qui a été un sanatorium fin 1800 et aujourd'hui, un complexe immobilier mais vide.
Evelyn y vivait en 1870 et Kirsten de nos jours.
Toutes les deux se sentent à la fois menacées et attirées par l'eau et des phénomènes paranormaux apparaissent bientôt pour l'une et pour l'autre. 
Qui sont ces noyées qui apparaissent et qui leur font peur ? 
Des fantômes ? Des esprits malfaisants ? Que veulent-elles des vivantes ?
Un livre à l'univers totalement féminin, brillamment écrit et totalement envoûtant.

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Effroi/Les-Filles-dechues-de-Wakewater

 

"Nuit" de Bernard Minier, éditions XO

Heureuse d'avoir retrouvé cet étrange duo ange-démon que sont Servaz et Hirtmann dans ce nouvel épisode glaçant où un petit garçon de 5 ans va faire son apparition, divisant et unissant les deux hommes. 
Julian Hirtmann est un personnage complexe en fascinant, rencontré dans "Glacé", une sorte de caméléon machiavélique semant mort et chaos sur son passage.
Mais cette fois-ci, ce n'est pas juste le flic Martin Servaz qui se lance à sa poursuite mais quatre personnes qui lui en veulent toutes pour un crime différent.
Mais Hirtmann est rusé, organisé et surtout aidé... car il existe toujours des âmes perdues qui acceptent d'aider un criminel en fuite et en quête de sang.
Secondé par Kirsten, une flic norvégienne assez déglingos, Servaz repart à la chasse et va de nouveau traquer Hirtmann, mais attention, car le chasseur n'est pas forcément celui qu'on pensait...
Une nouvelle enquête efficace, au rythme effréné, aux nombreuses surprises, bonnes ET mauvaises ! et au final réussi.

Sortie nationale le 23 février 2017

http://www.xoeditions.com/livres/nuit/

 

"La menace" de S.K. Tremayne, éditions Presses de la cité

J'avais adoré "Le doute", sombre histoire de jumelles, de disparitions et de mensonges.
Avec "La menace", l'auteur mystère S.K. Tremayne réitère l'exploit de nous offrir un nouveau roman à tiroirs réussi.
De nouveau, la nature, l'eau, la pluie et le froid sont omniprésents tout au long des pages et le paysage anglais glacé est glaçant.
Rachel, petite fille pauvre, est devenue une femme riche en épousant David, riche héritier d'une grande famille anglaise. Veuf et papa d'un petit Jamie de 8 ans, il vit également dans son immense demeure avec sa mère, vieille femme atteinte d'un début d'Alzheimer. 
Rachel est accueillie à bras ouvert dans cette famille aimante et tout se déroule pour le mieux jusqu'à ce que Jamie commence à voir et entendre le fantôme de sa mère. 
Des mystères et des secrets entourent sa mort et Rachel commence à être sur ses gardes et à se méfier de son mari et de ses mensonges...
La famille idyllique dans laquelle elle semblait être tombée n'est pas si parfaite et bientôt Rachel a peur quand Jamie lui prédit qu'elle va mourir à Noël.
Un thriller psychologique efficace et à rebondissements !
Sortie nationale le 2 mars 2017

http://www.pressesdelacite.com/livre/litterature-contemporaine/la-menace-sk-tremayne

 

"La fille d'avant" de JP  Delaney, éditions Mazarine

Un excellent thriller psychologique sur la manipulation, à la fois des personnages et des lecteurs, dans la lignée des "Apparences" et du "Doute". 
Une maison d'architecte incroyable, truffée de gadgets, louée à une somme dérisoire à des femmes se ressemblant physiquement. 
Qui est cet architecte mystérieux qui tourne autour de ses locataires ? Que leur veut-il ? Les manipuler, les aimer ou les enchaîner à lui ?
Deux femmes se partagent les chapitres tout au long du livre : Emma, l'ancienne locataire et Jane, l'actuelle locataire.
Elles sont toutes deux tombées sous le charme de cet architecte entré dans leur vie pour mieux la perturber...
Qui va en réchapper ? 
Qui ne va pas survivre dans cette maison qui semble habitée ?

Sortie nationale le 8 mars 2017

http://mazarine.fayard.fr/la-fille-davant-9782863744499

 

"Le jour du chien" de Patrick Bauwen, éditions Albin Michel

J'avoue, je suis depuis longtemps sous le charme de Patrick Bauwen.😋
Je me suis donc férocement jetée sur "Le jour du chien" dès sa réception et ne l'ai plus lâché. Le héros, je l'ai aimé d'emblée, le tueur aussi d'ailleurs, car il est totalement fascinant de cruauté et de méchanceté.
Un soupçon d'Harlan Coben, une intrigue à tiroirs, des personnages attachants aux multiples secrets et casseroles, un rythme effréné, des corps, de la souffrance, un voyage dans les souterrains parisiens, une chaleur à crever, un zeste d'amour et le tour est joué : "Le jour du chien" est un thriller réussi et passionnant !
J'ai refermé le livre soufflée par la fin... 😉

Sortie nationale le 29 mars 2017

 

 

Repost 0
Published by Caroline
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 18:03

Quatrième de couverture :

Jazz, prohibition et meurtres en série : après Carnaval, comparé à L’aliéniste de Caleb Carr, le retour du nouveau maître du thriller historique.

1928. Chicago est la cité de tous les contrastes. Du ghetto noir aux riches familles blanches, en passant par la mafia italienne tenue par Al Capone, la ville vit au rythme du jazz, de la prohibition et surtout du crime, que la police a du mal à endiguer. C’est dans ce contexte trouble qu’une femme appartenant à l’une des plus riches dynasties de la ville fait appel à l’agence Pinkerton. Sa fille et le fiancé de celle-ci ont mystérieusement disparu la veille de leur mariage. Les détectives Michael Talbot et Ida Davies, aidés par un jeune jazzman, Louis Armstrong, vont se charger des investigations.
Au même moment, le corps d’un homme blanc est retrouvé dans une ruelle du quartier noir. Le meurtre en rappelle un autre à Jacob Russo, photographe de scènes de crime, qui décide de mener son enquête.
Quel est le lien entre ces deux affaires ? Y a-t-il un rapport avec le crime organisé ? Car la vieille école d’Al Capone et de la contrebande d’alcool est menacée par de jeunes loups aux dents longues qui, tels Lucky Luciano ou Meyer Lansky, n’hésitent pas à se lancer dans le trafic de drogue.
Jazz, mafia, tensions raciales et meurtres inexpliqués, après Carnaval, nous retrouvons dans ce thriller passionnant, inspiré de faits réels, le cocktail explosif qui fait la signature de Ray Celestin.
 

 

Mon résumé :

Chicago, 1928.

Après des années d'absence, Dante "Le gentleman", est revenu de New York à la demande de Al Capone, afin de tirer au clair une sombre histoire d'alcool de contrebande empoisonné, s'il est la cible, ce qui conduirait inévitablement à une véritable guerre des gangs, orchestrée par Capone et Bugs Moran.

Jacob Russo est photographe judiciaire, le meurtre sordide d'un homme blanc dans le quartier noir le turlupine, lui rappelle une autre affaire, il mène l'enquête.

Michael Talbot et Ida Davis travaillent depuis dix ans pour l'agence de détectives privés Pinkerton, depuis qu'ils ont quittés la Nouvelle-Orléans, chacun avec leurs bagages : Michael avec sa famille hors norme, Ida avec ses complexes, elle est trop blanche pour être acceptée dans la communauté noire et trop métissée pour la communauté blanche, elle se donne corps et âme dans son travail d'assistante, elle sait que sa condition raciale et de femme lui fermeront les portes pour pouvoir évoluer dans l'agence, et ce, malgré leurs très bons résultats.  Une mère éplorée fait appel à eux pour retrouver sa fille unique, elle fait partie des grosses fortunes influentes de Chicago, la compensation financière qu'elle leur promet pourrait leur permettre d'ouvrir leur propre agence, mais c'est aussi se heurter aux plus hautes instances de la ville.

C'est dans ce climat des plus tendus entre corruption à tous les étages, prohibition, conflits inter-gangs et raciaux, le tout saupoudré d'une ambiance jazzy que vont se dénouer les liens de ces affaires peut-être pas si différentes que ça ...

 

Mon avis :

Ray Celestin nous promet une série en quatre tomes, couvrant cinquante ans dans l'histoire du jazz et de la mafia, démarré avec l'excellent "Carnaval", qui se déroulait à la Nouvelle-Orléans où sévissait le Tueur à la hache dix ans plus tôt, nous voici maintenant à Chicago, ville de la prohibition et du jazz, ville tenue de main de maître par le célèbre Al Capone.

Il ne se contente pas de nous sortir ce qu'il a appris en usant ses fonds de culotte sur les bancs de l'école, c'est bien plus que ça, il nous livre un savant mélange entre fiction et Histoire bien sûr remaniée pour se fondre parfaitement avec ses histoires, ce qui pourrait chatouiller les puristes, mais, comme beaucoup mes connaissances historiques américaines sont principalement cinématographiques !

J'ai pris un immense plaisir à me plonger dans ce nouvel opus, qui se dévore plus qu'il ne se lit, des personnages hauts en couleur, plus charismatiques les uns que les autres, certains déjà rencontrés lors du précédent tome et dont je me suis fait une joie de retrouver, de nouvelles têtes que j'ai adoré, qui m'ont touché en plein coeur, dont le passé et le destin m'ont profondément ému; une ambiance survoltée entre jazz, tensions raciales et politiques.
J'ai eu du mal à quitter cette ville, pourrie jusqu'à la moelle,que je ne connaissais pas plus que ça,et qui m'a fascinée au plus haut point.

La troisième étape nous conduira dans le New York des années quarante, j'ai hâte de retrouver la plume de cet auteur.

 

"Mascarade" de Ray Celestin , édité par le Cherche Midi, que je remercie infiniment pour sa confiance.

ISBN: 9782749153902

ISBN numérique: 9782749153919

Date parution: 09/02/2017

Nombre de pages: 576

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 16:21
Le visage de Satan, Florent Marotta, par Ingrid.
Quatrième de couverture :
 
Gino, ex-flic reconverti en détective, fait la connaissance de la belle Sibylle, veuve énigmatique et terriblement séduisante venant lui proposer une affaire juteuse, mais qui sent bon les emmerdes. Et Gino, en emmerdes, il s'y connaît. Dans le même temps, des meurtres aux relents sataniques sont commis dans la capitale. Aucun rapport à première vue, mais ça, c'était avant. Avant que Gino ne s'embarque dans une histoire sordide. Avant que Gino n'accepte la descente aux enfers de Sibylle.
 
 
Mon résumé :
 
Gino est un ancien flic, détective privé de reconversion, une jeune veuve souhaite qu'il enquête sur la mort de son mari, officiellement décédé d'un arrêt cardiaque, la veuve n'en croit pas un mot, elle ne souhaite pas s'adresser à la police, qui d'ailleurs a déjà fort affaire avec la vague de meurtres sordides qui sévit dans Paris, meurtres rapidement revendiqués par une secte satanique.
Gino a encore des relations chez les flics, il va en jouer, et avec l'aide de Morgane, spécialiste de l'occulte, il va vite se rendre compte que ces deux affaires ne sont pas si éloignées l'une de l'autre ...

 
Mon ressenti :
 
J'étais très enthousiaste à l'idée de me plonger dans ce roman, mais une fois n'est pas coutume, mon enthousiasme est assez vite retombé, je n'ai pas adhéré.
Le roman s'ouvre sur une scène de torture, assez gore et imagée, il faut l'admettre, mais avec moi ça n'a pas pris, je ne saurais l'expliquer ...
Puis, on fait connaissance avec Gino, certains le connaissent d'un précédent roman, ancien flic, devenu détective avec un penchant pour l'alcool (sic), qui voit débarquer dans son agence une plantureuse veuve qui pue le sexe à mille lieues à la ronde, de façon littérale bien sûr, elle ne sort pas d'une orgie, (re-sic), à partir de là mon enthousiasme en a pris un sacré coup, selon moi c'est du déjà-vu, (il y en a d'autres, mais je me tais, histoire de ne pas spoiler) mais bon, j'ai continué ma lecture mais elle fut un poil laborieuse, je n'ai éprouvé aucune empathie pour Gino, il m'a laissé de marbre, malgré les malheurs survenus dans sa vie, je vous arrête de suite, je ne mets pas ça sur le fait de ne pas avoir lu le précédent roman, il m'est déjà arrivé de prendre des séries en cours de route et de m'y retrouver sans problème.
Par contre, j'ai vraiment aimé Morgane, la rousse flamboyante, un peu sorcière sur les bords, la vraie force de ce roman, vraiment, comme quoi mon ressenti n'est pas totalement négatif !
Pour finir, une histoire qui ne m'a pas convaincue, je n'ai pas été bluffée ni emportée, ceci dit, tous les goûts sont dans la nature, j'ai lu de bons retours sur ce livre, heureusement pour Florent Marotta.
Merci aux Editions Taurnada pour leur confiance, même si le satanisme selon Florent Marotta n'a pas eu l'effet escompté sur moi.
 
Format(s) : Poche (11x18 cm), EPUB & MOBI

Nombre de pages : 384 pages (Papier), 382 pages env. (EPUB & MOBI)

ISBN : 978-2-37258-014-4 (Papier), 978-2-37258-015-1 (EPUB & MOBI)

EAN : 9782372580144 (Papier), 9782372580151 (EPUB & MOBI)
 
 
 

 

 

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 19:21
Prendre les loups pour des chiens - Hervé Le Corre - Sandrine

 4ème de  Couv : Après avoir purgé cinq ans pour un braquage commis avec son frère Fabien, Franck sort de prison? Il est hébergé par les parents de Jessica, la compagne de Fabien. Le père maquille des voitures volées, la mère fait des heures de ménage dans une maison de retraite. Et puis il y a la petite Rachel, fille de Jessica, qui ne mange presque rien et parle encore moins. Qu'a-t-elle vu ou entendu dans cette famille toxique où règne la haine, le mensonge et le malheur ? Dans une campagne écrasée de chaleur, à la lisière d'une forêt angoissante, les passions vont s'exacerber. Entre la dangereuse séduction de Jessica, l'absence prolongée de Fabien et les magouilles des vieux, Franck est comme un animal acculé par des loups affamés....

 

Ressenti :

Franck sort de prison après avoir purgé sa peine pour un braquage commis avec son frère Fabien et pour lequel lui seul a été condamné, son frère ayant réussi à se sauver. Justement il l’attend ce frère, depuis tout ce temps, mais c’est Jessica la petite amie de celui-ci qui vient le chercher, Fabien étant en Espagne pour affaire dixit la demoiselle….

Le voilà arrivé en lieu et place et sous un cagnard écrasant il fait la connaissance de sa «famille d’accueil».

D’abord le père, traficotant des bagnoles, en cheville avec les Gitans, le regard torve, pas franc du collier et pas très courageux non plus. Ensuite, la mère, une saleté malveillante, avec du fiel plein son vieux bec et la méchanceté chevillée au corps. Gros plan sur la fille Jessica, mi-ange, mi-démon, sans respect ni principes, se servant de son sexe comme de son atout majeur, manipulatrice, provocante et violente.

Et puis il y a Rachel la petite fille, une enfant mystérieuse et trop taciturne pour son âge, le regard souvent triste, victime d’une vie dégueulasse qu’on lui balance à la face et qu’elle s’efforce d’assumer avec défiance mais beaucoup de maturité. Son silence intrigue et son attitude réveille chez Franck un instinct protecteur.

Reste le chien (oui désolée j’aime les bêtes !) créature omniprésente, sombre et grondante qui semble cristalliser toute la violence contenue de ces trois adultes réunis et qui rode sans cesse dans ce décor les muscles bandés prêt à bondir.

Très vite Franck se retrouve embringué dans une sale histoire dont il est l’acteur à ses dépends, jouet manipulé, encore fragilisé par l’univers carcéral, dans l’ombre d’un frère absent et à la merci de ses souvenirs, soumis à ses désirs il est perdu et se laisse avaler dans une spirale infernale pas tout à fait conscient que la trahison se profile. Quelle sera l’issue ? Fatale ou heureuse ? Je vous laisse le soin et surtout le plaisir de le découvrir !

Prendre les loups pour des chiens est un roman noir vous l’aurez deviné, beau et sincère, qui va droit au cœur, sans concessions et un peu douloureusement je dois dire. Entre l’ombre et la lumière l’auteur nous ballote sans ménagement. Les mots sont son pouvoir et l’expression de l’âme sa force. J’aime quand ça me remue les tripes, et là pour le coup ça vous chavire tout à l’intérieur.

Bref, un Putain de coup de cœur !!

Bonne lecture

Sandrine

http://www.payot-rivages.net/livre_Prendre-les-loups-pour-des-chiens-Herve-LE-CORRE_ean13_9782743637910.html

 

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 20:10

 

J'ai dévoré "La femme à droite sur la photo" en quelques heures tant j'ai été happée par la bouleversante histoire de David, tout jeune quarantenaire, qui part sur les traces de son passé, et du fantôme de sa mère, actrice hollywoodienne, qu'il n'a pas connu, et qui s'est volatilisée il y a maintenant quarante ans.


Valentin Musso nous embarque cette fois-ci, dans l'Amérique des années 60, où le lecteur va découvrir la vie de l'actrice Elizabeth Badina par flash back tout en revenant vers le présent et l'année 1998 où David, scénariste à succès, va tenter de percer enfin le mystère de la disparition de sa mère, afin de mieux aborder la deuxième partie de sa vie, car à 40 ans, il n'a rien construit, mis à part un petit empire financier.


Sa quête de la vérité parviendra-t'elle à débloquer sa vie ? Les secrets déterrés seront-ils à même de lui apporter bonheur, satisfaction et apaisement ? 


Au fil de son enquête, David va croiser de nombreux personnages parfois sombres, souvent menteurs mais tous aussi savoureux les uns que les autres et la finesse de l'écriture, les personnages et l'intrigue sentimentale, profonde, faite de multiples secrets et de rebondissements ont fait de ma lecture, un vrai plaisir !

Caroline

 

http://www.seuil.com/ouvrage/la-femme-a-droite-sur-la-photo-valentin-musso/9782021333138
Sortie nationale le 2 mars 2017

 

Et retrouvez les différentes facettes de Valentin Musso à travers ses romans en format poche aux éditions Points :

 

"Une vraie famille" (2016)

Un huis-clos sombre et angoissant...

Mathilde et François, vivent retirés en Bretagne, après avoir quitté précipitamment Paris suite à un événement dramatique. 
François rencontre par hasard Ludovic, sorte de marginal, qui propose ses services pour tout travaux. François l'embauche, puis rapidement Mathilde s'entiche de ce jeune garçon paumé et mystérieux, sans attache et seul. 
Ludovic est embauché par le couple pour retaper entièrement l'annexe de leur longière et finit par s'installer chez eux. Rapidement, il prend de mauvaises habitudes et s'immisce dans leur vie.
Le couple vit isolé et François commence à se sentir de moins en moins à l'aise aux côtés de ce jeune homme, omniprésent.
François rêve que Ludovic se décide à partir et les quitte.
Ce jour-là va arriver plus tôt que prévu au grand désarroi de Mathilde...

Valentin Musso offre à ses lecteurs son thriller psychologique le plus glauque et le plus réussi !

http://www.lecerclepoints.com/livre-vraie-famille-valentin-musso-9782757859315.htm#page

 

"Sans faille" (2015)

La vengeance est un plat qui se mange froid...

Entre thriller et thriller psychologique, "Sans faille" est une totale réussite !

Manipulations, mensonges, fausses pistes, bonds dans le passé... le lecteur est baladé sur plus de 300 pages dans une histoire d'amitié entre deux jeunes hommes qu'à la base tout opposait.

Théo est né avec une cuillère en argent dans la bouche et réussit sa vie, aussi bien sentimentale que sociale. Romuald, quant à lui, est né en banlieue et a trimé pour réussir à décrocher une bourse dans une prépa réputée. Cachant ses origines, il va être enrôlé par Théo, sa vie facile, sa copine, la drogue, l'insouciance... jusqu'au drame.

Dix ans après, ils se retrouvent et décident de partir en randonnée en montagne ensemble. Et l'horreur commence...

Une intrigue formidablement bien menée où le suspens et les surprises (souvent mauvaises !) sont omniprésentes tout au long des pages jusqu'à un final étonnant et détonnant. 

http://www.lecerclepoints.com/livre-sans-faille-valentin-musso-9782757849545.htm#page

 

"Le murmure de l'ogre" (2013)

Un thriller haletant, perturbant et palpitant

Années 20 à Nice, un tueur surnommé L'Ogre enlève et tue de jeunes garçons. Des enquêteurs aidés d'un médecin spécialisé dans l'aliénation vont mener cette enquête. Bonds dans le passé sur les traces de l'enfance du tueur, personnages troubles et secrets de famille, l'enquête va dévoiler plus que ce qu'ils cherchaient.

http://www.lecerclepoints.com/livre-murmure-ogre-valentin-musso-9782757836958.htm

 

"Les cendres froides" (2012)

Quand le passé rattrape le présent...

Aurélien Cochet découvre à la mort de son grand-père que ce dernier a travaillé dans un Lebensborn. Aidé d'une jeune universitaire qui fait sa thèse dessus, il va se retrouver au coeur d'une série de meurtres liés à cette partie de l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale ainsi qu'à sa propre histoire familiale...

http://www.lecerclepoints.com/livre-cendres-froides-valentin-musso-9782757821039.htm

 

"La ronde des innocents" (2011)

Deux meurtres à priori que tout oppose et pourtant...

Vincent, dont le frère Raphaël est retrouvé mort, va découvrir que ce frère qu'il croyait si bien connaître, menait une double vie. A 1000 km de là, un adolescent est poignardé dans un internat. A priori, aucun lien ne relie ces deux affaires, à part peut-être un enfant aux étranges pouvoirs...

http://www.lecerclepoints.com/livre-ronde-innocents-valentin-musso-9782757821022.htm

 

 

Repost 0
Published by Caroline
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 17:27

Il m'a fallu 3 jours pour émerger de ce livre "Les larmes noires sur la terre", le prochain Sandrine Collette qui sort le 2 février prochain.

Il fait partie de ces romans rares qui vous font fondre et vous dévaste le coeur en quelques heures, en quelques pages.

Sandrine Collette, auteur du fracassant "Des noeuds d'acier", Grand Prix de littérature policière en 2013, qui était entrée directement dans la cour des grands avec ce premier roman, nous offre avec "Les larmes noires sur la terre", son plus beau roman : 

un roman extraordinaire empreint d'une émotion infinie qui la classe définitivement parmi nos plus grands auteurs français.
C'est un chef d'œuvre.

Pour qui souhaite lire le pitch de l'histoire, suivez le lien... 

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Sueurs-Froides/Les-Larmes-noires-sur-la-terre

(pour ma part, je lis toujours les romans de Sandrine Collette sans même connaître ni le sujet, ni lire la quatrième de couverture, je lui fais confiance car je sais que je vais aimer plonger avec elle dans son nouvel univers)

Caroline

 

"Les larmes noires sur la terre" n'est pas le genre de roman qui vous frappe en plein visage.
Non, non. Non, il vous sert le coeur sans jamais, Ô jamais relâcher la pression.
C'est un roman d'une profonde tristesse, mais où subsistent malgré tout, de ci de là un peu de lumière via des petits moments de bonheur de rien du tout. Une déferlante d'émotions qui ne prend jamais fin.
Le roman dégage une force d'évocation absolument folle. On vit avec ces femmes dans la Casse. On est avec elles pendant ces 334 pages que dure cette aventure.
Et Sandrine Collette, non contente de nous faire voyager dans chacun de ses romans, invente ici le futur possible de notre France.
Il n'y a rien a jeter dans ce roman, chaque phrase, chaque mot est juste, placé là où il doit être.
Et que dire de l'écriture de l'auteur ? Une fois encore elle a gagnée en en puissance, en maturité.

C'est terrible, c'est beau, c'est fondamentalement humain. C'est merveilleusement écrit. Je ne peux que vous inciter à lire ce nouveau Sandrine Collette.
Vous allez sûrement le regretter cependant, mais au final, vous ne demandez que ça, que Sandrine vous fasse du mal, non ?

Antoine

 

L'auteur selon son éditrice :

"Sandrine est une personne fascinante. Elle n'est jamais là où on l'attend, sait me surprendre dans chacun de ses livres. Elle ne me parle jamais vraiment de ses intrigues, de ses projets en cours, et un beau jour, elle m'envoie son manuscrit, rongée par le doute. Et la magie opère à la lecture de chaque nouveau manuscrit : je suis dépaysée, happée par l'intrigue et les personnages, totalement séduite par l'aventure que Sandrine me propose. J'ai bien de la chance d'être son éditrice !"

Béatrice Duval, Directrice des éditions Denoël

 

Toute son oeuvre :

"Des noeuds d'acier", éditions Denoël 2013, éditions Livre de Poche 2014

Sombrez au coeur de la folie humaine !
Remarquable premier roman, Sandrine Collette nous plonge au coeur de la folie humaine et nous enferme avec son héros au fond d'une cave pendant 250 pages. Un polar dont vous allez vous souvenir longtemps et dont vous ne ressortirez pas indemne ! 

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Sueurs-Froides/Des-noeuds-d-acier

 

"Un vent de cendres", éditions Denoël 2014, éditions Livre de Poche 2015

Une histoire moderne de "La belle et la bête", saupoudrée de cruauté et de perversion jusqu'au final abominablement terrifiant. L'auteur ne laisse aucun répit à son lecteur pour son plus grand plaisir ou désespoir... au choix ! 

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Sueurs-Froides/Un-vent-de-cendres

 

"Une brume si légère", nouvelle illustrée des Petits Polars du Monde, 2014

En peu de mots, une histoire très forte, très bien écrite, très sombre aussi. 
Une petite nouvelle-coup de poing qui annonçait le cadre, une casse de voitures et les personnages féminins qui y survivent plus qu'ils n'y habitent... de son futur roman "Les larmes noires sur la terre".

A lire ou à relire après "Les larmes noires sur la terre"...
Un petit investissement pour une grande émotion.

http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/09/18/une-brume-si-legere-de-sandrine-collette-illustre-par-dominique-corbasson_4489846_3260.html

 

"Six fourmis blanches", éditions Denoël 2015, ​​​​​​​éditions Livre de Poche 2016

L'auteur s'éloigne de l'univers du thriller ou du roman noir, mais l'intrigue est forte, oppressante et l'on ressort du livre vidé de ce voyage sans fin en haute montagne sous une neige omniprésente et angoissante. 
Les six fourmis blanches, ce sont six personnages qui partent faire un trekking de 3 jours en haute montagne, sauf que la météo n'avait pas prévue d'avalanche, ni autant de neige et que cette balade va s'avérer périlleuse, dangereuse, voire même mortelle.
Parallèlement à leur périple, l'histoire de Mathias, sacrificateur de chèvres, qui vit reclus dans la montagne (la même) et qui va se retrouver dans le collimateur d'une bande de malades assoiffés de vengeance et de sang. 
Le talent de Sandrine Collette opère de nouveau.
Vous refermerez son livre hagard et grelottant !

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Sueurs-Froides/Six-fourmis-blanches

 

"Il reste la poussière", éditions Denoël 2016, ​​​​​​​éditions Livre de Poche sortie 2 février 2017

Il y a du Cormac Mc Carthy dans ce nouveau Collette.
Il y a beaucoup d'espaces, de vide et de poussière. 
Il y a cette famille, la mère et ses quatre fils, qui vit dans une plaine en Patagonie et qui élève un troupeau de brebis et des boeufs. 
Et les animaux sont bien mieux traités que les humains dans ce satané roman noir où l'amour est inexistant entre les personnages.
Dans la famille chacun pour soi, il y a le couple d'aînés : les jumeaux, le débile et le petit.
Les jumeaux, brutes épaisses détestent leurs deux petits frères et ne se privent pas pour les rudoyer. 
Le débile, surnommé ainsi parce qu'il bégaie, on saura plus loin le pourquoi du comment.
Le petit, seul personnage, attachant qui voudrait s'en sortir et qui trouve réconfort et amour auprès de ses animaux qu'il choie tant qu'il le peut.
Et cette mère, abominable, détestable, qui ne les aime pas.
Et ce père qui a disparu des années auparavant. 
On mord la poussière en lisant ce livre, on en prend plein la tronche, on est violenté sur 300 pages.
Sandrine Collette signe un 4ème roman fort, violent, hallucinant, hors du temps.
Accrochez-vous, vous allez être secoués !

http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Sueurs-Froides/Il-reste-la-poussiere

Caroline

 

Sandrine Collette fera sa première dédicace pour les sorties grand format de "Les larmes noires sur la terre" et poche de "Il reste la poussière" à l'Espace Culturel Leclerc Cleunay de Rennes, le samedi 4 février 2017 de 14h à 18H.

 

Retrouvez l'auteur sur Facebook :

https://www.facebook.com/Sandrine-Collette

Repost 0
Published by Caroline & Demosthène
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 11:42

Quatrième de couverture :

Après la mort violente du baron Raoul de Hurlebosque, son fils Philippe est atteint d’un mal étrange. Tous y voient la marque du diable. La jeune Morgane, avec sa tache de naissance au front, est un coupable tout désigné. Arrêtée par l’inquisiteur Henri Niger, torturée, Morgane avoue un crime qu’elle n’a pas commis. Tandis qu’elle attend la mort, un mystérieux sauveur la délivre. Mais elle va devoir honorer le pacte conclu…

L’auteur entraîne le lecteur dans une véritable enquête policière au cœur du XVe siècle où la recherche de vérité se heurte aux superstitions et à l’ignorance.

La fin du Moyen Âge est pour l’Europe chrétienne le temps de la malepeur du Diable, des bûchers et des chasses aux sorcières. Le Signe du Diable offre une immersion saisissante dans cet âge tourmenté et prompt à l’exaltation de l’irrationnel. Loin des codes traditionnels du roman historique, ce récit se place dans la veine des grands thrillers médiévaux : l’Histoire s’érige en scène de théâtre pour laisser se jouer une aventure inédite.

Le Signe du Diable ravira les amateurs de suspense, de sorcellerie et de superstition.

 

Mon résumé :

Alors que la Peste Noire a fait des ravages dans le royaume, tant chez les nobles que les pauvres, des vieillards aux nourrissons, des fermes aux châteaux en passant par l'Eglise, laissant le champ libre aux superstitions et autres peurs du Diable.

C'est dans cette triste période de chasse à la sorcière que Morgane a grandi, fille du père Bérard, homme de Dieu ayant cédé à la tentation, il fallait donc qu'il soit victime d'un maléfice pour oublier ses convictions, même après la mort de la mère de Morgane, il a veillé sur elle, il ne fait aucun doute qu'elle est une sorcière puissante d'autant plus qu'elle porte sur le front la marque du Diable !

A la mort de son père, le village voit enfin la possibilité de se débarrasser d'elle, mais c'est sans compter sur ses pouvoirs, elle parvient à déchaîner les éléments et ainsi échapper à une mort certaine.

Elle trouve refuge à Hurlebosque,chez un couple de boisilleurs ayant perdu leurs enfants lors des épidémies, ils n'ont pas peur d'elle, ils ne pensent pas qu'elle soit une sorcière, elle non plus d'ailleurs, elle ne croit pas en ces sornettes.

Mais ici, comme dans son village natal, on craint le Malin et ses servantes, d'autant que le Baron Raoul est mort depuis peu, et que son fils Philippe souffrant, vit cloitré dans le château, il n'en faut pas plus pour que Morgane soit pointée du doigt, arrêtée par l'inquisiteur Niger, torturée, épuisée, elle finira par avouer, mais une fois encore, échappera à la mort, ce qui l'attend n'est pas moins pire ...

 

Mon ressenti :

"Le signe du Diable" est le premier roman de Thomas Laurent, auteur strasbourgeois,publié aux éditions Zinedi.

J'affectionne les thrillers historiques, ainsi que cette sombre période de notre Histoire, mais j'avoue ne pas en lire tant que ça, mon auteur de prédilection étant Karen Maitland, malheureusement peu traduite en français ...

Alors quand cet auteur a lancé un appel aux bloggeurs sur les réseaux sociaux, j'ai répondu présente ! D'autant plus que je n'ai pas souvenir d'avoir déjà lu un thriller médiéval français ... Et quelle bonne surprise !

J'ai aimé cette immersion dans la France médiévale, encore meurtrie par les épidémies, sa folie dans sa chasse aux sorcières, ses superstitions, on sent que Thomas Laurent sait de quoi il parle, qu'il a fait un travail de recherche des plus fouillés, limite on se demande s'il ne serait pas un peu sorcier sur les bords pour en savoir autant ? ;p

J'ai vraiment aimé le personnage de Morgane, à la fois si forte et si fragile, la seule à ne pas croire à ces contes de bonne-femme, la seule à paraître lucide mais, qui, comme nous, finira par douter.

Les autres personnages ne sont pas en reste, charismatiques ou détestables, j'aurais bien voulu jeter des sorts à plus d'uns par moment.

L'histoire nous apporte son lot de surprises, de frissons, d'émotions et de What the fuck !!!, non mais ce twist final, un grand bravo à l'auteur, je me suis faite berner de bout en bout, et, punaise, j'adore ça !

Un immense merci à Thomas Laurent pour sa confiance, un jeune auteur promettre que j'ai envie de suivre et que je recommande vivement.

"Le signe du Diable", Thomas Laurent, 248pages, publié aux éditions Zinedi, juin 2016

 

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 14:42

4ème de couv :  :

Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l'entraîner dans ses ténèbres.
Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant.
Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions.

 

Ressenti :

Victor avait 17 ans, on l’a assassiné, il avait devant lui un avenir prometteur ayant intégré une grande école où l’on forme de futures personnalités influentes. Mais Victor se réservait un tout autre dessein et refusait de vivre dans les traces de son père.

Victor avait aussi un secret qui l’étouffait, est ce pour cela qu’il est mort ? Ou pour une cause qu’il voulait défendre ?

Gabriel est aveugle, pas de naissance, il est atteint de cécité de conversion, une terrible pathologie, contractée à la suite d’un choc psychologique  si effroyable que son esprit a cessé de vouloir « voir »  alors que son cœur réclame vengeance.  Il veut confondre l’assassin de son fils et n’a qu’une obsession,  faire éclater la  vérité qui redonnera peut être un sens à sa vie et lèvera le voile sur ses yeux éteints.

Maya est une jeune femme qui vit exilée en Irlande depuis quelques années, elle  vivote de petits jobs sans plus croire aux lendemains, boit un peu  trop pour oublier  les réminiscences du passé  qui hantent ses nuits depuis trop longtemps.  Elle tente en vain de composer avec une image d’elle-même qui l’insupporte. Maya ne croit plus en elle, et ne s’aime plus.

Et puis un jour Gabriel  rencontre Maya et lui propose d’être son guide dans un périple qui le mènera au gré de ses envies, Maya accepte avec beaucoup de réticences, car il lui faudra retourner en France, pays qu’elle a fui  et synonyme  de tous ces cauchemars….

Ainsi commence l’histoire….

 

Ça y est c’est fini,  j’ai refermé la dernière page avec  regret mais toutes les bonnes choses ont une fin, non ?

Le truc avec Ingrid Desjours c’est que  chaque nouveau livre est un peu une pochette surprise, on ne sait jamais à quoi s’attendre, mais on a la certitude que la dame va nous surprendre et nous embarquer là où on ne l’attend jamais !

 

Et  ce fut encore  le cas, j’ai ressenti cette lecture différemment  de ce qu’elle nous offre d’habitude, bien sûr l’effeuillage psychologique des personnages est toujours d’actualité, il y a toujours cette ambivalence  dans les propos, de la manipulation, de la duplicité dans chaque personnage, mais !  Dans ce livre il est aussi question d’amour ! Oui je vous vois déjà vous sauver en courant !

Mais merde c’est bien l’amour ! C’est le moteur de toute action, c’est que qui nous rend plus fort ou meilleur, c’est qui motive nos désirs et nos choix !  Et ses personnages n’en manquent pas bien au contraire, et c’est ce qui donne une aura encore plus lumineuse à cette histoire, ce qui la rend solaire et nous éloigne  peut être ( mais pour notre grand bonheur ) un peu de l’obscurité à laquelle elle nous avait habitué , pour nous livrer   une lecture encore plus  dense en émotions , en  profondeur,  des  « acteurs » terriblement touchants et sincères, sans pour autant bouder ce qui fait sa « patoune »  d’auteure depuis quelques années , soit un suspens  à se tirer les cheveux  et arriver claqué au boulot le lendemain  pour cause de lecture impossible à arrêter !   Parce que encore une fois, on est jamais au bout de ses surprises, des revirements imprévus et éprouvants je dois dire, mais bon quand on aime hein !!!

Et toujours, ne l’oublions pas,  ses petits doigts qui se mettent partout là où ça fait mal, pour dénoncer, critiquer les dérives de notre société.  Un coup de boule dans les stéréotypes d’une vision bien archaïque de la femme  et qui malheureusement est toujours d’actualité …

En bref,  encore une vraie perle que ce livre, une écriture qui me semble (et ça n’engage que moi) plus apaisée pour cet opus,  un chant d’amour qui résonne dans le noir, et la conclusion que de  nos malheurs nous pouvons sortir vainqueurs et humains.

 

PS : Poutoux  à Shakira ;-)

Bonne lecture

Sandrine

La Prunelle de ses Yeux – Ingrid DESJOURS – Editions Robert Laffont -  Collection « La Bête Noire »

En vente dans toutes les bonnes libraires

 

Repost 0
Published by Demosthène
commenter cet article